Malgré le fait que la progestérone est une hormone inhérente à la fois au corps masculin et féminin, elle est toujours considérée comme féminine. Il est responsable de la régulation et de la normalisation du cycle menstruel, du processus de conception, contribue au développement de votre futur bébé, est responsable de la relaxation des muscles lisses, prévient l'apparition d'une hypertonicité utérine.

Si la quantité de progestérone dans le corps dépasse la norme, cela ne préoccupe pas les médecins. Mais son manque dans le corps peut entraîner des conséquences graves, même aussi graves que la perte d'un enfant..

Déterminer la présence d'un déficit en progestérone peut être très difficile. Cela se produit généralement lors du diagnostic et du traitement d'autres maladies. Cependant, l'infertilité, l'ovulation irrégulière ou absente, les fausses couches, les ballonnements, les maladies du sein et une diminution de la température peuvent indiquer qu'une femme a un déficit en progestérone..

Progestérone pendant la grossesse, qu'est-ce que c'est?

"Hormone de grossesse" - comme on l'appelle aussi, soulignant l'importance de la progestérone. Sa présence est nécessaire au moment de la conception, au moment où l'ovule est attaché à la paroi de l'utérus. Il affecte le système nerveux d'une femme enceinte, prépare les organes et les systèmes pour porter un enfant à l'accouchement et à l'allaitement.

Si le coefficient de progestérone dans le corps d'une femme est faible, cela peut indiquer un risque d'interruption de grossesse, car c'est lui qui est responsable de la stimulation de la croissance de l'utérus. C'est lui qui empêche sa réduction prématurée, prépare le système immunitaire pour empêcher le rejet du fœtus.

Si les taux de progestérone sont faibles, la grossesse peut être interrompue prématurément.

Les ovaires et les glandes surrénales sont responsables de la production de progestérone. Son niveau chez une femme en bonne santé fluctue. Mais lorsque la grossesse survient, les fluctuations doivent être absentes et le degré de l'hormone doit correspondre à la période.

Le niveau de progestérone pendant la grossesse dans le corps de la femme doit augmenter en fonction de la durée de la grossesse. Pour chaque période, les médecins ont établi un certain taux. Elle est différente pour chaque femme..

Tableau du taux de progestérone pendant la grossesse par semaine

Comment se faire tester pour la progestérone pendant la grossesse?

Le taux de progestérone est déterminé par un test sanguin. Si une femme en début de grossesse n'a pas besoin de l'établir (les fausses couches, les maladies chroniques des organes génitaux ne sont pas indiquées dans le dossier médical), alors dans la seconde moitié du trimestre, les médecins vous recommandent fortement de faire cette analyse. Cela est nécessaire pour diagnostiquer l'état du placenta et du fœtus..

Deux jours avant le test, les médicaments hormonaux sont annulés. Pendant la journée, vous ne devez pas fumer, ne pas forcer, ne pas être nerveux. L'analyse est prise à jeun.

Anomalies: progestérone élevée et faible pendant la grossesse

Un degré réduit de progestérone pendant la grossesse peut indiquer une menace de fausse couche, un retard du développement intra-utérin du fœtus ou une grossesse non en développement. De plus, ce phénomène indique une grossesse post-terme ou avec sa complication. En outre, un faible niveau de cette hormone peut indiquer une grossesse extra-utérine..

Dans le cas où le degré de progestérone augmente fortement, ce n'est pas moins dangereux: il peut y avoir des violations du placenta, avec une insuffisance rénale, des problèmes avec l'activité des glandes surrénales, une grossesse multiple, etc..

Certains médicaments et hormones pris par une femme enceinte peuvent également affecter le résultat du test - vous devriez consulter votre médecin à ce sujet..

Une analyse pour déterminer le niveau de progestérone est une étude très importante sur une femme, qui permet d'identifier des anomalies dans le développement du fœtus et de la grossesse en général, pour éviter les conséquences. Par conséquent, il est nécessaire de faire un test sanguin pour le degré de progestérone au cours des deuxième et troisième trimestres. Les conclusions ne peuvent être tirées que par un spécialiste.

Signes et symptômes d'un manque de progestérone pendant la grossesse?

Il existe plusieurs raisons courantes pour lesquelles une carence en progestérone peut survenir pendant la grossesse. considérons.

  1. Lorsque les fonctions du placenta ou du corps jaune sont altérées, une carence en progestérone ne prendra pas longtemps..
  2. Si une fille a atteint l'âge de la puberté et qu'elle n'ovule pas, il est nécessaire de consulter un médecin - cela peut être le premier signe d'une maladie.
  3. Avec grossesse prolongée.
  4. Un échec peut également survenir en raison d'un retard de croissance intra-utérin de l'embryon.
  5. Avortement infructueux, déséquilibre hormonal ne sont pas des raisons moins graves de l'apparition d'un déficit hormonal.
  6. Saignements utérins importants récurrents.
  7. Dans le cas d'un cycle menstruel perturbé, une femme doit se rappeler que de telles déviations nécessitent un traitement. Sinon, cela entraînera une carence en progestérone..
  8. Insuffisance rénale.
  9. Maladies chroniques des systèmes reproducteurs féminins de nature infectieuse et inflammatoire.
  10. Maladies oncologiques.
  11. Prendre des médicaments puissants sur une longue période.

Comment traiter une carence en progestérone pendant la grossesse?

Tout d'abord, si vous avez pu diagnostiquer une carence en progestérone, vous devez contacter immédiatement votre médecin. Il peut commander des tests supplémentaires pour vous. Le traitement est sélectionné en tenant compte de votre état de santé général, de votre âge gestationnel, des caractéristiques individuelles du corps. Il n'y a pas de méthode unique, comme une panacée unique pour une carence en progestérone..

N'oubliez pas que cette maladie n'a une grande importance que dans les cas où il existe une réelle menace de fausse couche dans la période précédant la seizième ou la vingtième semaine. Dans cette situation, vous devrez subir un deuxième examen, passer des tests d'urine, de sang et de frottis vaginaux, éventuellement des tests supplémentaires visant à déterminer la teneur en progestérone dans le sang.

Les progestatifs sont utilisés pour traiter de tels cas. Surtout, n'essayez pas de vous soigner vous-même, en suivant les conseils de grands-mères progressistes de la cour et d'amis. Seuls vous et votre gynécologue traitant pouvez résoudre ces problèmes..

Effectuez des diagnostics de routine et n'oubliez pas de signaler à votre médecin la moindre déviation du cycle menstruel. Tout cela devrait se produire même au stade de la planification de la grossesse, puis, avec un traitement accepté en temps opportun, vous serez en mesure de porter un bébé en bonne santé et fort..

Comment normaliser les niveaux de progestérone pendant la grossesse?

Dans le cas où le degré de «l'hormone de grossesse» ne rentre pas dans les indicateurs normaux, le gynécologue prescrit un traitement hormonal - ce sont, en règle générale, des pilules et des injections.

Lorsque le taux est fortement abaissé, la femme est hospitalisée d'urgence pour éviter une interruption de grossesse.

Une fois le traitement terminé, la femme enceinte peut reprendre un mode de vie normal, mais n'oubliez pas de surveiller en permanence le taux de progestérone jusqu'à la naissance même..

Un test sanguin pour la progestérone - indications, préparation, normes et décodage. Qu'est-ce qui affecte le taux de progestérone dans le sang?

Le site fournit des informations générales à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

Un test de progestérone est un test de laboratoire effectué pour déterminer la concentration de l'hormone sexuelle progestérone dans le sang. L'analyse est utilisée pour diagnostiquer et identifier les causes de violations des fonctions sexuelles et menstruelles chez la femme, c'est-à-dire principalement en cas d'irrégularités menstruelles, de saignements utérins, d'infertilité, de kystes ovariens fonctionnels et d'évaluer le fonctionnement du corps jaune.

Analyse de la progestérone - qu'est-ce que c'est (ce que cela montre)?

Pour comprendre ce qu'est un test de progestérone, vous devez connaître les caractéristiques générales et les fonctions de la progestérone elle-même, réalisée par elle dans le corps humain..

Ainsi, la progestérone elle-même est une hormone sexuelle féminine impliquée dans le cours normal du cycle menstruel et de la grossesse. Autrement dit, cette hormone est nécessaire pour les cycles mensuels normaux et pour assurer le déroulement de la grossesse, de sorte qu'il n'y ait pas de fausses couches spontanées ou de grossesse gelée..

La progestérone est normalement produite dans le corps féminin en quantités inégales à différentes phases du cycle menstruel et par différents organes. Ainsi, dans la première phase du cycle menstruel, appelée folliculaire et qui dure du premier jour de la menstruation à l'ovulation, le taux de progestérone dans le sang d'une femme est faible, car pendant cette période, il n'est produit que dans les glandes surrénales en quantité très limitée. Et dans la phase folliculaire, la progestérone n'est pas nécessaire, car pendant cette période, il est nécessaire de stimuler la croissance et la maturation de l'ovule dans le follicule ovarien, et non de préparer les organes à une éventuelle grossesse.

Dans la phase folliculaire dans les ovaires, la croissance et la maturation du follicule ("bulle"), dans laquelle se trouve le futur ovule, se produisent. Après la croissance du follicule et la maturation de l'ovule, cette «bulle» se rompt, c'est-à-dire que l'ovulation se produit. À la suite de l'ovulation, l'ovule est libéré dans la cavité abdominale, d'où il pénètre dans la trompe de Fallope et se déplace le long de celle-ci jusqu'à l'utérus. Et sur le site de l'éclatement du follicule, un corps jaune se forme, qui commence à produire activement de la progestérone pendant toute la seconde moitié du cycle menstruel (phase lutéale), préparant tout le corps d'une femme à une éventuelle grossesse..

Ainsi, il s'avère que dans la première phase folliculaire du cycle menstruel, le taux de progestérone dans le sang est faible, car il n'est produit que par les glandes surrénales. En outre, environ 10 heures avant l'ovulation (au moment où l'ovule quitte le follicule éclaté), le taux de progestérone dans le sang augmente fortement et le reste pendant toute la période d'ovulation, qui dure environ 12 à 36 heures. Après la libération de l'ovule du follicule, la formation d'un corps jaune à sa place, le taux de progestérone dans le sang augmente encore plus et le reste pendant toute la deuxième phase du cycle menstruel (lutéal), c'est-à-dire jusqu'au début des règles. Si la grossesse survient dans le cycle, les règles ne se produisent pas et le taux de progestérone continue d'augmenter progressivement, car cette hormone est nécessaire à la préservation et au développement normal du fœtus. Pendant la grossesse, le taux de progestérone augmente jusqu'à la 37-38e semaine et jusqu'à 16-17 semaines, il est produit par le corps jaune de l'ovaire, formé au site de l'éclatement du follicule, et à partir de la 17-18e semaine, l'hormone est synthétisée par le placenta.

Pour résumer ce qui précède, il est évident que le taux de progestérone dans le sang d'une femme non enceinte est faible dans la première moitié du cycle menstruel, augmente fortement à partir du moment de l'ovulation, augmente dans la seconde moitié du cycle et atteint ses valeurs maximales environ 6-8 jours après l'ovulation, après quoi il diminue légèrement, mais reste élevé jusqu'au dernier jour avant la prochaine période. Dans le corps d'une femme enceinte, d'environ 7 à 8 semaines, le taux de progestérone double par rapport aux valeurs de la seconde moitié du cycle menstruel, puis augmente constamment et progressivement jusqu'à 37 à 38 semaines, c'est-à-dire jusqu'à la période prénatale.

Ainsi, il est évident que l'effet biologique de la progestérone est de fournir les conditions pour le début de la grossesse et sa conservation ultérieure..

En effet, dans la seconde moitié du cycle menstruel (phase lutéale), qui dure de l'ovulation à la prochaine menstruation, sous l'influence de la progestérone, l'endomètre (membrane muqueuse) de l'utérus est préparé pour l'introduction de l'ovule dans celui-ci en cas de grossesse. Ainsi, sous l'influence de la progestérone, les vaisseaux sanguins de l'endomètre se compliquent, le flux sanguin vers l'utérus augmente et les nutriments s'accumulent dans les cellules de la membrane muqueuse. De tels changements sont nécessaires pour la fixation et le développement ultérieurs de l'ovule. En cas de grossesse, c'est la progestérone qui la «préserve», car elle réduit l'activité contractile de l'utérus et l'empêche de «rejeter» l'ovule fécondé.

En outre, la progestérone stimule la production d'une sécrétion spéciale par la membrane muqueuse des trompes de Fallope, qui fournit une nutrition pour l'ovule se déplaçant vers l'utérus..

Compte tenu de ce qui précède, il est tout à fait évident que le niveau de progestérone, déterminé dans la seconde moitié du cycle menstruel, montre à quel point le corps jaune de l'ovaire fonctionne et s'il existe une menace théorique d'interrompre une éventuelle grossesse. Dans la seconde moitié de la grossesse (à partir de la 17-18ème semaine), le taux de progestérone dans le sang de la femme indique le bon fonctionnement du placenta et s'il existe une menace de naissance prématurée ou de mort fœtale.

Lors de la réussite d'une analyse de la progestérone dans la première moitié du cycle menstruel, le médecin sera en mesure de déterminer la présence et d'identifier l'activité hormonale d'un kyste ovarien fonctionnel (folliculaire ou corps jaune).

De plus, le taux de progestérone dans le sang des femmes non enceintes, déterminé dans les première et deuxième phases du cycle, vous permet d'identifier les causes des saignements utérins, de l'infertilité et des irrégularités menstruelles..

Ainsi, le niveau de progestérone dans le sang d'une femme montre si ses cycles menstruels se déroulent correctement et dans quelle mesure une éventuelle grossesse peut être réussie..

Analyse de la progestérone 17-OH

La 17-OH progestérone (17-alpha-hydroxyprogestérone) est une hormone stéroïde qui est l'un des intermédiaires dans la synthèse du cortisol dans les glandes surrénales. Malgré la similitude de nom avec la progestérone, la progestérone 17-OH a une origine et une fonction différentes, et par conséquent, les tests de la teneur en ces substances dans le sang reflètent des troubles du fonctionnement de divers organes..

Ainsi, la progestérone 17-OH est synthétisée dans les glandes surrénales, et donc la détermination de son niveau reflète la pathologie de cet organe particulier. Le taux de progestérone 17-OH est en dehors de la plage normale chez les personnes souffrant d'insuffisance surrénalienne, de maladie d'Addison, de maladies thyroïdiennes, etc. De plus, la production de quantités anormales de progestérone 17-OH par les glandes surrénales affecte négativement le fonctionnement des ovaires et, par conséquent, les femmes présentant une pathologie surrénalienne initiale ont un cycle menstruel irrégulier, un manque d'ovulation, une infertilité, un hirsutisme (croissance excessive des cheveux chez les femmes).

C'est pourquoi la détermination du niveau de progestérone 17-OH est utilisée dans un examen complet des femmes souffrant d'infertilité ou de dysfonctionnement menstruel afin de découvrir la cause principale de ces troubles..

Tests pour savoir ce que la progestérone existe et quand les prendre?

Actuellement, dans le cadre du diagnostic en laboratoire de divers troubles endocriniens, les taux de progestérone et de 17-OH progestérone dans le sang sont en cours de détermination. Malgré des noms similaires et même presque identiques, ce sont des hormones différentes produites par différents organes qui remplissent des fonctions différentes, et reflètent donc la pathologie de différents organes endocriniens. Ainsi, la progestérone est produite principalement par le corps jaune des ovaires chez la femme non enceinte et le placenta chez la femme enceinte, et reflète donc le travail de ces organes particuliers. Et la progestérone 17-OH est produite par les glandes surrénales et reflète leur fonctionnement.

Mais comme la progestérone et la progestérone 17-OH affectent le fonctionnement normal des organes génitaux (ovaires, utérus, etc.), une carence ou un excès de l'une de ces hormones entraîne des troubles des fonctions menstruelles, sexuelles et reproductives chez la femme. En conséquence, l'analyse de ces deux hormones est justifiée en cas d'irrégularités menstruelles, d'infertilité, de saignement et de difficultés dans les rapports sexuels. Malgré un spectre similaire de pathologies dans lequel la livraison de tests de progestérone et de 17-OH progestérone est montrée, ces hormones sont toujours administrées dans des situations différentes. Considérez dans quels cas vous avez juste besoin de prendre de la progestérone, et quand - progestérone 17-OH.

Si une femme au physique normal ordinaire, chez qui la puberté a eu lieu à des heures normales et qu'il n'y a aucun signe d'excès d'androgènes (acné, croissance excessive des cheveux, etc.), s'inquiète de saignements utérins, aménorrhée (absence de menstruation), irrégularités périodiques du cycle menstruel, chronique réfractaire au traitement processus inflammatoires dans les organes pelviens, ainsi que des fausses couches habituelles ou des grossesses congelées (2 ou plus), alors elle devrait être testée pour la progestérone, car les problèmes de la région génitale sont très probablement causés par une carence ou un excès de cette hormone, c'est-à-dire des dysfonctionnements des ovaires... Avec ces signes, très probablement, la femme a soit des kystes / cystomes ovariens, soit il n'y a pas d'ovulation.

Si une femme souffre d'un cycle menstruel irrégulier, d'infertilité, de saignements périodiques, de difficultés dans les rapports sexuels et en même temps qu'elle a eu une puberté précoce, il y a de l'acné, une croissance excessive des poils, une diminution de la libido, un dépôt de graisse spécifique dans une partie du corps et d'autres signes de perturbation glandes surrénales, alors elle devrait avoir un test sanguin pour la progestérone 17-OH, car les problèmes de santé sont très probablement causés initialement par une pathologie surrénalienne. Mais comme les glandes surrénales affectent le travail de tous les organes et systèmes, y compris les ovaires, avec une pathologie surrénalienne, des symptômes apparaissent de la part des organes génitaux. Cependant, dans de telles situations, le trouble des fonctions sexuelles, menstruelles et reproductives est secondaire, il n'est pas causé par les pathologies des organes reproducteurs eux-mêmes (utérus, ovaires, trompes de Fallope, etc.), mais par une maladie des glandes surrénales, qui perturbe le fonctionnement normal des organes génitaux. Par conséquent, il est évident qu'en cas de trouble des fonctions sexuelles, menstruelles et reproductives, qui sont associés à des signes de troubles des glandes surrénales (croissance excessive des cheveux, faible libido, acné, obésité avec dépôt de graisse irrégulier uniquement dans une ou plusieurs parties du corps, vomissements, léthargie, faible activité physique, etc.), une analyse de la concentration de 17-OH progestérone dans le sang doit être effectuée afin d'identifier la nature et la gravité du dysfonctionnement surrénalien.

Les femmes souffrant d'infertilité doivent passer à la fois des tests de progestérone et de progestérone 17-OH afin d'identifier les organes présentant des troubles fonctionnels pouvant entraîner l'impossibilité de concevoir..

Pendant la grossesse, il est conseillé aux femmes de subir un test de dépistage de la progestérone en cas de suspicion de fonction placentaire insuffisante, de risque de fausse couche, de retard de croissance intra-utérin ou de grossesse prolongée. Dans d'autres cas, lorsque la grossesse se déroule normalement, dans le passé, il n'y avait pas deux ou plusieurs grossesses gelées, une fausse couche habituelle, etc., vous n'avez pas besoin de faire un test de progestérone juste pour le contrôle..

Analyse de la progestérone pendant la grossesse

Pendant la grossesse, une analyse de la progestérone est effectuée selon les indications et non dans le cadre d'un examen de routine de routine prévu et approuvé par les protocoles du ministère de la Santé de Russie.

Jusqu'à 16-17 semaines de grossesse, inclusivement, une analyse de la progestérone est effectuée afin d'évaluer le fonctionnement du corps jaune, qui synthétise l'hormone à ces moments et assure ainsi le développement normal de la grossesse. Si le corps jaune synthétise une quantité insuffisante de progestérone, il existe une forte probabilité de perte de grossesse due à une fausse couche spontanée ou à une congélation (grossesse gelée). Ainsi, dans les premiers stades, jusqu'à la 16-17ème semaine incluse, un test de progestérone est administré en cas de risque de fausse couche ou si une femme a eu plusieurs pertes de grossesse dans le passé (fausse couche, décoloration, fausse couche à répétition). Dans de tels cas, si une carence en progestérone est détectée, le médecin prescrit la prise de médicaments contenant cette hormone (Dyufaston, Utrozhestan), jusqu'à la 16-17ème semaine.

De 17 à 18 semaines de grossesse et avant l'accouchement, le plus souvent, un test de progestérone est prescrit dans les cas où il existe des soupçons d'insuffisance placentaire, de menace de naissance prématurée ou de retard de croissance intra-utérine selon d'autres examens. En effet, à partir de la 17-18ème semaines, la synthèse de la progestérone est réalisée par le placenta, et non par le corps jaune des ovaires, qui à ce moment-là est déjà mort et cesse de fonctionner. Cela signifie que si à partir de la 17-18ème semaine et avant l'accouchement, le placenta produit une quantité insuffisante de progestérone, cela indique une insuffisance placentaire et peut entraîner un retard du développement fœtal et une naissance prématurée..

Il convient de rappeler que lorsqu'un test de progestérone est administré à une femme enceinte pour les raisons ci-dessus, il est nécessaire d'évaluer non seulement son niveau en fonction de la semaine de gestation, mais également son augmentation sur une période de temps. Cela signifie que chez deux femmes différentes, le taux de progestérone dans le sang au même stade de la grossesse peut être très différent, mais les deux iront bien. De telles variations du niveau de l'hormone sont dues aux caractéristiques individuelles du corps. Par conséquent, les obstétriciens-gynécologues expérimentés recommandent de faire un test de progestérone pendant la grossesse deux fois avec un intervalle de 10 à 14 jours. Si, en même temps, selon les résultats de deux analyses, une augmentation du taux de progestérone avec l'âge gestationnel est clairement visible, alors tout est en ordre (même dans le cas où les niveaux hormonaux eux-mêmes seront à la limite inférieure de la norme ou légèrement en dessous de la norme). Mais si le niveau de progestérone n'augmente pas avec l'âge gestationnel ou si sa concentration est nettement inférieure à la normale, il s'agit d'un signal d'alarme, car une telle situation reflète la menace d'interruption, d'insuffisance placentaire ou de retard de croissance intra-utérine..

De plus, à 40-42 semaines de grossesse, un test de progestérone peut être effectué afin de déterminer s'il y a une grossesse prolongée ou simplement chez une femme, en raison de caractéristiques individuelles, l'âge gestationnel est légèrement plus long que la moyenne. Considérons cet aspect plus en détail pour éviter toute ambiguïté et ambiguïté..

Ainsi, une grossesse normale chez une femme peut durer de 280 à 320 jours. Mais pour la plupart des femmes, la grossesse dure 280 jours, soit exactement 40 semaines, et c'est pourquoi les médecins et les scientifiques prennent 40 à 42 semaines comme indicateur moyen d'une grossesse normale. Cependant, n'oubliez pas un fait tel qu'une grossesse normale d'une durée de 320 jours, soit 45 à 46 semaines. Une grossesse aussi longue est appelée prolongée.

Compte tenu du fait qu'une grossesse tout à fait normale peut durer 40 à 46 semaines, la question se pose de savoir comment, après la 42e semaine de gestation, distinguer s'il y a une grossesse prolongée ou une grossesse prolongée normale dans une situation particulière. Dans de tels cas, un test sanguin de progestérone vient à la rescousse, qui est effectué pendant des périodes de 40 semaines ou plus pour distinguer une grossesse prolongée d'une grossesse prolongée. Si à 41,5 semaines ou plus de grossesse, le taux de progestérone dans le sang est inférieur à la norme pour le troisième trimestre, cela indique une surmaturité et, dans ce cas, un accouchement est nécessaire de toute urgence pour minimiser les conséquences négatives de la surmaturité pour le fœtus. Si à 41,5 semaines de gestation ou plus, le taux de progestérone dans le sang se situe dans la plage normale pour le troisième trimestre, cela indique une grossesse prolongée, et non une grossesse prolongée, et dans ce cas, il est possible de ne pas procéder à un accouchement artificiel urgent (par induction du travail ou césarienne ), et attendez encore 2 à 3 semaines après le début naturel du travail.

Normalement, la concentration de progestérone dans le sang des femmes enceintes correspond aux valeurs suivantes, en fonction de l'âge gestationnel:

  • Le premier trimestre de la grossesse (1 - 13 semaines incluses) - 9 - 468 nmol / l;
  • Deuxième trimestre de grossesse (14 à 26 semaines incluses) - 71,5 - 303 nmol / l;
  • Troisième trimestre de grossesse (semaine 27 - avant l'accouchement) - 88-772 nmol / l.

Les normes ci-dessus ne sont qu'indicatives, elles ne sont pas les mêmes pour tous les laboratoires, car elles sont déterminées en fonction de la méthode et de l'ensemble de réactifs utilisés dans un service de diagnostic particulier. C'est pourquoi, afin d'évaluer si le taux de progestérone chez une femme en particulier est normal, il est nécessaire de consulter le laboratoire dans lequel l'analyse a été soumise, les normes de la méthode utilisée et l'ensemble de réactifs. Sinon, comparer les normes d'une méthode avec les lectures déterminées par une autre méthode ne donnera que de vaines déceptions et inquiétudes..

Indications d'un test de progestérone

Se préparer à un test de progestérone

Il est nécessaire de faire un test de progestérone exclusivement à jeun après une période de jeûne la nuit pendant le sommeil. Cela signifie qu'il est optimal que la période de jeûne dure de 8 à 14 heures, pendant lesquelles vous ne pouvez boire que de l'eau. Le matin, le jour du test, il est interdit de boire des jus de fruits, du thé avec du sucre, des compotes et d'autres boissons contenant des composants de fruits ou de sucre. Il est permis de ne boire que de l'eau ordinaire sans gaz.

Si l'analyse de la progestérone ne peut pas être prise le matin à jeun après une période de jeûne nocturne, cela peut être fait dans des cas exceptionnels pendant la journée ou le soir. Mais dans ce cas, il est nécessaire qu'au moins 6 heures se soient écoulées après le dernier repas, et vous devez manger des aliments diététiques et des plats contenant une petite quantité de graisse.

Cependant, il convient de rappeler que le meilleur moment pour donner du sang à des fins d'analyse de la progestérone est de 8h00 à 10h00 du matin, car c'est pendant ces heures que la concentration maximale de cette hormone pendant la journée est déterminée. Les autres heures, le niveau de progestérone est inférieur à 8 h 00 à 10 h 00 du matin, bien que dans la plage normale. Par conséquent, en théorie, vous pouvez donner du sang à tout moment, mais dans ce cas, la concentration de progestérone peut être légèrement inférieure à la normale, même si elle se situe en réalité à la limite inférieure de la normale. Et cette situation conduira à un faux résultat de recherche injustifié..

Immédiatement avant de passer le test de progestérone, il est conseillé de se détendre à la clinique ou au laboratoire pendant 15 à 30 minutes et pendant ce temps se calmer et se mettre de bonne humeur.

12 à 24 heures avant de prélever du sang pour l'analyse de la progestérone, vous devez arrêter de fumer, boire des boissons alcoolisées, exclure le stress physique et psycho-émotionnel (y compris l'entraînement sportif). Si une personne ne peut pas arrêter de fumer pendant 12 à 24 heures, elle doit arrêter de fumer pendant au moins 1 à 2 heures immédiatement avant le prélèvement sanguin..

2 à 3 jours avant le prélèvement sanguin pour analyse, tout médicament doit être exclu afin qu'il n'affecte pas l'exactitude de la détermination de la concentration de progestérone. Cependant, si pour une raison quelconque, il est impossible de refuser de prendre des médicaments, le laboratoire et le médecin traitant doivent être informés des médicaments pris et des dosages..

La préparation à un test de progestérone chez les enfants de plus de 5 ans est la même que chez les adultes, c'est-à-dire comme décrit ci-dessus. Mais pour les enfants de moins de 5 ans, la préparation du test est que pendant une demi-heure avant de donner du sang, ils ne doivent pas manger, mais ils doivent recevoir de petites portions d'eau ordinaire non gazeuse. Pendant cette demi-heure, l'enfant doit boire 150-200 ml d'eau (verre).

Quels médicaments affectent les taux sanguins de progestérone

Ainsi, les médicaments suivants peuvent augmenter le taux de progestérone dans le sang:

  • Clomifène (il y a une augmentation des taux de progestérone au-dessus de la normale dans la deuxième phase du cycle menstruel);
  • Corticotropin;
  • Kétoconazole;
  • La mifépristone;
  • Progestérone et ses analogues synthétiques (injections d'une solution d'huile de progestérone, Duphaston, Utrozhestan, etc.);
  • Tamoxifène;
  • Acide valproïque.

Une diminution du taux de progestérone dans le sang peut entraîner la prise des médicaments suivants:

  • Ampicilline;
  • Goserelin;
  • Danazol;
  • Dinoprost;
  • Carbamazépine;
  • Leupromide;
  • La trométhamine;
  • Contraceptifs oraux;
  • Pravastatine;
  • Prostanglandin F2;
  • Phénytoïne;
  • Cyprotérone;
  • Epostan;
  • Estriol;
  • Éthinylestradiol.

Comment se faire tester pour la progestérone?

À quelle heure effectuer l'analyse?

Tout d'abord, vous devez savoir que le sang est prélevé dans une veine strictement à jeun pour l'analyse de la progestérone (au moins après 6 heures d'abstinence alimentaire, mais mieux que 12 à 14 heures de jeûne). Deuxièmement, le meilleur moment pour faire un don de sang pour analyse est la période de 8h00 à 10h00 du matin, car c'est pendant ces heures que la concentration maximale de progestérone pendant la journée est déterminée dans la circulation sanguine. Autrement dit, à d'autres moments de la journée, la concentration de progestérone dans le sang est inférieure à celle de 8 heures à 10 heures du matin, mais toujours dans les limites normales. Mais les normes de concentration de l'hormone dans le sang sont déterminées précisément pour la période du niveau maximal de l'hormone.

C'est pourquoi, pour savoir avec certitude si la concentration de progestérone est normale ou non, il est préférable de faire un don de sang de 8h00 à 10h00 du matin. Après tout, si la progestérone est à la limite inférieure de la norme, alors lors d'un don de sang à d'autres heures, elle peut être inférieure à la norme, ce qui entraînera un diagnostic erroné et des tentatives de traitement infructueuses..

Quel jour du cycle passer un test de progestérone?

Outre le moment du don de sang pour analyse, le deuxième facteur important, dont le respect est nécessaire pour obtenir un résultat correct et correct, est le jour du cycle menstruel, sur lequel la concentration de progestérone doit être déterminée. En ce qui concerne le jour du cycle où le test doit être effectué, il peut y avoir deux options - soit c'est 6 à 8 jours après l'ovulation (environ 19 à 23 jours du cycle menstruel), soit c'est 1 à 3 jours du cycle (pendant les règles).

Donc, en cas de suspicion de néoplasme ovarien (kyste, tumeur) ou de pathologie surrénalienne, le test de progestérone doit être effectué du 1er au 3ème jour du cycle menstruel, c'est-à-dire du 1er au 3ème jour de la prochaine menstruation. Si pendant cette période, le taux de progestérone est augmenté, cela indique le plus souvent un kyste ovarien fonctionnel (folliculaire ou corps jaune). Moins fréquemment, un taux élevé de progestérone dans le sang dans la première moitié du cycle indique une tumeur ovarienne hormonale active (cystome). Et encore plus rarement, une progestérone élevée en 1 à 3 jours du cycle reflète une perturbation des glandes surrénales. Mais dans ce cas, il y a une carence ou un excès d'autres hormones, et des signes de pathologie endocrinienne (croissance excessive des cheveux, obésité, acné, etc.).

S'il est nécessaire d'évaluer le travail du corps jaune, d'identifier l'insuffisance de la phase lutéale, de révéler les causes de saignements utérins dysfonctionnels ou d'irrégularités menstruelles, alors le test de progestérone est soumis 6 à 8 jours après l'ovulation! Il est très important «d'attraper» l'ovulation, notez cette date et le 6e au 8e jour pour être testé pour la progestérone. Vous pouvez "attraper" l'ovulation de différentes manières - faire une échographie les jours où elle devrait se produire approximativement, mesurer la température basale dans le rectum le matin, ou simplement utiliser un test d'ovulation (le même principe qu'un test de grossesse) vendu en pharmacie.

! Il est important de savoir que l'indication standard selon laquelle un test de progestérone peut être effectué les jours 19 à 23 du cycle n'est correcte que pour un cycle menstruel de 28 jours. En effet, c'est pour un cycle de 28 jours que la période 6-8 jours après l'ovulation tombe aux jours 19-23. Et pour les cycles menstruels d'une durée différente (25, 30, 35 jours, etc.), la période d'accouchement de 19 à 23 jours est incorrecte, car elle ne tombe pas le 6 à 8 jours après l'ovulation. Pour obtenir le résultat correct, le test doit être effectué 6 à 8 jours après l'ovulation. C'est pourquoi, pour évaluer le taux de progestérone au bon moment et éviter les erreurs de diagnostic, vous devez «attraper» l'ovulation et être testé 6 à 8 jours après son apparition..

Les femmes enceintes peuvent se faire tester pour la progestérone chaque jour où elles en ont besoin..

Taux de test de progestérone

Avant de citer des chiffres spécifiques pour les valeurs normales des niveaux de progestérone pour les hommes et les femmes d'âges différents, examinons ce que l'on entend par norme et pourquoi ils diffèrent d'un laboratoire à l'autre..

Ainsi, la norme pour un indicateur particulier (dans ce cas, la progestérone) est la fourchette de valeurs qu'il peut prendre dans une population de personnes en parfaite santé vivant dans une région particulière et appartenant au même type racial. Ces limites de valeurs normales pour tout paramètre de laboratoire sont déterminées en examinant des volontaires sains. Mais ces normes identifiées ne sont valables que si dans l'analyse ultérieure sera effectuée exactement de la même manière et en utilisant un ensemble de réactifs complètement identiques. Autrement dit, il est évident que pour chaque ensemble de réactifs différents et la méthode de détermination du même indicateur, il est nécessaire d'identifier les normes.

Et étant donné que chaque laboratoire utilise différents ensembles de réactifs et de méthodes pour déterminer la concentration de progestérone, il devient évident qu'ils auront des normes complètement différentes, parfois très différentes les unes des autres. Cela ne veut pas dire que les normes d'un laboratoire ne sont pas correctes, tandis que l'autre, au contraire, est correcte. Cela signifie uniquement que les laboratoires utilisent différents ensembles de réactifs et méthodes pour déterminer la progestérone dans le sang. Et par conséquent, si l'analyse a été effectuée dans un laboratoire spécifique, alors pour déchiffrer les résultats, il est nécessaire de prendre les normes de cette institution particulière, en outre, agissant à l'heure actuelle. Après tout, six mois plus tard, le même laboratoire peut commencer à utiliser une méthode différente ou un ensemble de réactifs pour déterminer la progestérone, puis ses normes changeront. Par conséquent, les normes d'évaluation des résultats doivent être prises chaque fois qu'une analyse est soumise..

Ci-dessous dans le tableau, nous présentons deux options pour les normes de progestérone pour les méthodes de détermination et les kits de réactifs les plus courants et les plus couramment utilisés. De plus, les premières normes pour un ensemble commun de réactifs seront écrites après un deux-points ou un tiret, et les secondes normes pour une autre méthode de détermination fréquemment utilisée seront indiquées à côté de la première entre parenthèses..

HommesFemmes
Garçons de 1 à 10 ans:
Moins de 1,1 nmol / L (ou 0,2 - 1,7 nmol / L)
Filles de 1 à 10 ans:
Moins de 1,1 nmol / L (ou 0,2 - 1,7 nmol / L)
Garçons de 1 à 18 ans:
I, II stades de la puberté selon Tanner - moins de 1,1 nmol / l (ou 0,3 - 1,0 nmol / l)
Puberté de stade III de Tanner - moins de 1,1 nmol / l (ou 0,3 - 1,5 nmol / l)
Stade IV de la puberté selon Tanner - moins de 3,5 nmol / l (ou 0,56 - 7,8 nmol / l)
Puberté de stade V selon Tanner - 0,7 - 2,6 nmol / l (ou 0,7 - 2,6 nmol / l)
Filles de 1 à 18 ans:
Stade pubertaire de Tanner I - moins de 1,1 nmol / l (ou 0,3 - 1,0 nmol / l)
Stade II de la puberté selon Tanner - moins de 1,8 nmol / l (0,3 - 1,7 nmol / l)
III stade de la puberté selon Tanner - 0,3 - 14,4 nmol / l (ou 0,3 - 14,3 nmol / l)
Stade IV de la puberté selon Tanner - 0,3 - 41,6 nmol / l (ou 0,5 - 15,0 nmol / l)
Stade de Tanner V pubertaire - 0,3 - 30,4 nmol / l (ou 0,3 - 30,2 nmol / l)
Hommes adultes de plus de 18 ans:
0,3 - 2,2 nmol / L (ou 0,4 - 3,1 nmol / L)
Femmes adultes non enceintes de plus de 18 ans et avant la ménopause:
(Première) phase folliculaire du cycle menstruel - 0,3 - 2,2 nmol / l (ou 0,5 - 2,2 nmol / l)
Période d'ovulation (milieu du cycle) - 0,5 - 9,4 nmol / l (ou 3,7 - 7,1 nmol / l)
(Deuxième) phase lutéale du cycle menstruel - 7,0 - 56,6 nmol / l (ou 6,4 - 79,5 nmol / l)
Femmes adultes pendant la ménopause:
Moins de 0,6 nmol / L (ou 0,06 - 1,3 nmol / L)
Femmes enceintes:
Premier trimestre (1 à 13 semaines) - 9 à 468 nmol / L (ou 32,6 à 139,9 nmol / L)
Deuxième trimestre (14-26 semaines) - 17,5 - 303,1 nmol / L (ou 62,0 - 262,4 nmol / L)
Troisième trimestre (27 semaines - avant l'accouchement) - 88,7 - 771,5 nmol / L (ou 206,7 - 782,2 nmol / L)

Dans certains laboratoires, le résultat du test de progestérone n'est pas donné en nmol / l, mais en ng / ml, c'est-à-dire dans d'autres unités de mesure. Pour convertir les unités de mesure entre elles, vous devez utiliser les formules suivantes:

  • nmol / l * 0,314 = ng / ml;
  • ng / ml * 3,18 = nmol / l

Décodage de l'analyse de la progestérone

Considérez ce qu'une augmentation ou une diminution du taux de progestérone dans le sang peut indiquer.

Ainsi, une augmentation de la concentration de progestérone dans le sang chez les femmes et les hommes non enceintes est caractéristique des conditions suivantes:

  • Saignement utérin dysfonctionnel avec une deuxième phase prolongée du cycle menstruel;
  • Aménorrhée secondaire (absence de menstruation);
  • Néoplasmes ovariens (kystes, cystomes);
  • Insuffisance rénale (en raison de laquelle la progestérone est lentement excrétée du corps et s'accumule dans le sang);
  • Tumeur ou hyperplasie des glandes surrénales;
  • Tumeur testiculaire chez l'homme;
  • Prendre des médicaments qui augmentent les taux d'hormones sanguines.

Une augmentation de la concentration de progestérone dans le sang chez la femme enceinte est observée dans les conditions suivantes:
  • Dérive de bulles;
  • Maturation retardée du placenta;
  • Dysfonctionnement du complexe féto-placentaire.

Une diminution de la concentration de progestérone chez les femmes non enceintes est caractéristique des conditions suivantes:

  • Persistance folliculaire (hyperestrogénie - augmentation des niveaux d'hormones œstrogènes);
  • Manque d'ovulation;
  • Insuffisance de la phase lutéale ou faible activité fonctionnelle du corps jaune;
  • Saignement utérin dysfonctionnel en l'absence d'ovulation;
  • Aménorrhée primaire ou secondaire (absence de menstruation);
  • Processus inflammatoires chroniques dans les organes génitaux internes;
  • Hypogonadisme primaire ou secondaire;
  • Prendre des médicaments qui abaissent les taux d'hormones sanguines.

Une diminution de la concentration de progestérone chez la femme enceinte est caractéristique des conditions suivantes:

  • La menace d'interruption de grossesse;
  • Insuffisance placentaire;
  • Développement intra-utérin retardé du fœtus;
  • Véritable prolongation de la grossesse (à 41,5 semaines ou plus).

Où se faire tester pour la progestérone?

Les tests de progestérone peuvent être effectués dans des laboratoires privés sur une base commerciale. Il existe de tels laboratoires privés dans toutes les grandes villes et des succursales pour les prélèvements sanguins se trouvent également dans de petits villages. Le prélèvement sanguin pour analyse dans des laboratoires privés est effectué à tout moment à la demande du client, mais bien entendu pendant les heures de travail.

En outre, un test de progestérone peut également être passé dans les établissements médicaux publics qui disposent de laboratoires qui effectuent une telle étude. En règle générale, il s'agit de laboratoires de grands instituts de recherche (SRI), d'hôpitaux régionaux ou urbains, de polycliniques de diagnostic, etc. Dans les établissements publics, sur recommandation d'un médecin, l'analyse peut être prise gratuitement sur la base du premier arrivé, premier servi Mais si une femme souhaite passer des tests sans file d'attente ou à sa propre demande sans recommandation d'un médecin, dans une institution publique, cela ne peut également être fait que sur une base commerciale (payante).

Inscrivez-vous à l'analyse

Pour prendre rendez-vous avec un médecin ou un diagnostic, il vous suffit d'appeler un seul numéro de téléphone
+7495488-20-52 à Moscou

+7812416-38-96 à Saint-Pétersbourg

L'opératrice vous écoutera et redirigera l'appel vers la clinique nécessaire, ou prendra une commande pour un rendez-vous avec le spécialiste dont vous avez besoin.

Analyse de la progestérone - prix

Le coût d'une analyse de la progestérone dans divers laboratoires, privés et publics, varie de 400 à 1000 roubles.

Progestérone et durée du cycle - Vidéo

Auteur: Nasedkina A.K. Spécialiste en recherche biomédicale.

Progestérone pendant la grossesse: taux d'hormones normaux et écarts par rapport à celui-ci

Brève information sur l'hormone

L'hormone sexuelle d'origine stéroïde, la progestérone, est présente dans le corps tant chez l'homme que chez la femme, mais c'est dans le corps féminin qu'elle joue le rôle le plus important - l'apparition et le maintien de la grossesse. Les mécanismes de mise en œuvre de cette fonction sont divers et dépendent en grande partie du taux d'hormone dans le sang, ainsi que de l'état général du corps..

En cas de détection d'une augmentation ou d'une diminution du niveau de cette substance, il est possible de prescrire un traitement spécifique dont la mise en œuvre réussie affectera le déroulement de la grossesse. Et pour les couples qui ne peuvent concevoir un enfant pendant longtemps, un test de progestérone est tout d'abord nécessaire.

Chez la femme, l'hormone est synthétisée dans le corps jaune des ovaires, des glandes surrénales et pendant la grossesse - dans le complexe fœtoplacentaire.

En savoir plus sur les fonctions de la progestérone

Les principales fonctions de cette connexion sont les suivantes.

  1. Préparation mensuelle de l'utérus pour l'implantation de l'ovule et pendant la fécondation - la transition de l'endomètre à la phase sécrétoire.
  2. En raison de la sécrétion élevée de mucus et de la formation d'un bouchon muqueux dans le col de l'utérus, l'utérus est protégé des microbes ou des spermatozoïdes pour y pénétrer pendant que l'ovule fécondé est dans le tube.
  3. Lorsque l'ovule atteint la cavité utérine, la progestérone crée les conditions pour son implantation et son développement ultérieur.
  4. À ce stade, le rejet d'embryons est possible, car il est étranger aux cellules tissulaires de la mère. Mais la progestérone abaisse la réponse immunitaire et empêche le rejet.
  5. L'utérus est un muscle qui peut se contracter et se tonifier, ce qui peut nuire à la grossesse, en particulier aux premiers stades. La progestérone réduit l'influence des systèmes nerveux et humorale sur l'utérus, ce qui empêche son activité contractile excessive.
  6. La progestérone affecte également le développement des glandes mammaires, mais empêche également la production de lait pendant la grossesse. C'est la diminution de cette substance après l'accouchement qui conduit au début de la lactation chez une femme.
  7. Avant l'accouchement, la progestérone commence à diminuer, ce qui est l'un des facteurs de la résolution réussie de la grossesse..

Le processus le plus important d'implantation d'embryons dans la paroi utérine dépend entièrement de la concentration de progestérone dans le corps de la femme à l'heure actuelle. Un changement de son niveau, en particulier une diminution, peut provoquer des tentatives infructueuses répétées de tomber enceinte.

Un autre nom de la progestérone est l'hormone de grossesse. Et il l'a reçu non par hasard, mais grâce à sa capacité à soutenir le corps de la mère pendant toute la durée de la grossesse et à stimuler le travail. L'hormone a tendance à augmenter constamment pendant la gestation, et ses fluctuations à tout stade de la grossesse sont dangereuses pour la femme enceinte et le bébé. Le taux de progestérone dépend non seulement de l'âge gestationnel, mais également du nombre de fœtus.

Analyse du niveau de progestérone

La progestérone pendant la grossesse peut être déterminée en faisant un don de sang pour des tests de laboratoire à la clinique prénatale. Le contrôle de la progestérone est particulièrement nécessaire dans les premiers stades. Pour interpréter les résultats, vous pouvez vous fier aux indicateurs suivants:

  • I trimestre –14,9–108 nmol / l;
  • Trimestre II - 61,7-159 nmol / l;
  • Trimestre III - jusqu'à 508 nmol / l.

La progestérone a normalement tendance à augmenter constamment, et plus la période de gestation est longue, plus le niveau d'hormones est élevé, respectivement. Dans le cas où une fille se tourne vers un médecin qui a des antécédents d'irrégularités menstruelles, d'avortement spontané ou d'incapacité à concevoir à long terme, le médecin peut suggérer de surveiller le niveau de ce stéroïde pendant des semaines..

Si une fille enceinte a des indications pour déterminer le taux de progestérone, vous pouvez faire un don de sang quel que soit l'âge gestationnel. Lors de la préparation de l'analyse, il est nécessaire d'exclure les aliments gras et farineux de l'alimentation en 24 heures, de ne pas être nerveux, de bien dormir et de venir à la clinique tôt le matin à jeun. Il est permis de boire de l'eau plate.

Tout écart du taux de progestérone pendant la grossesse par rapport aux valeurs moyennes est la raison pour laquelle il faut demander conseil à un obstétricien-gynécologue

Faible progestérone dans les tests: qu'est-ce que cela signifie

Un faible taux de progestérone dans les premiers jours de la grossesse peut entraîner son interruption, il est donc très important de ne pas manquer ce moment et de consulter un médecin à temps. Souvent, un changement du taux de progestérone vers une diminution par rapport aux valeurs normales aux premiers stades de la gestation s'accompagne des symptômes suivants:

  • écoulement sanglant;
  • douleurs abdominales basses, similaires aux douleurs menstruelles, mais moins intenses;
  • oligohydramnios ou polyhydramnios, détectés par ultrasons.

Une faible concentration de progestérone dans le sang peut être causée par un certain nombre de raisons, notamment le respect d'un régime strict par la femme enceinte, un stress et une anxiété constants, des maladies des organes génitaux, une pathologie de la glande thyroïde et d'autres organes endocriniens et de mauvaises habitudes. Tous ces facteurs doivent être exclus au stade de la planification de la grossesse..

Niveaux élevés de progestérone pendant la grossesse

Une progestérone supérieure à la normale n'est pas toujours un indicateur d'un processus pathologique dans le corps. Si une fille porte des jumeaux, des triplés, le niveau d'hormones dépassera les valeurs standard. Mais avec une grossesse unique, une progestérone élevée peut indiquer:

  1. sur les tumeurs surrénales hormono-dépendantes;
  2. dérive kystique;
  3. kyste de l'ovaire;
  4. tumeurs ovariennes;
  5. la cirrhose du foie.

Si une femme a une progestérone élevée, le médecin prescrit un examen complet pour exclure le développement de toute pathologie dans le corps. Recommandé pour l'échographie du foie, des reins, des tests sanguins biochimiques, ainsi que pour la consultation d'un oncologue et d'un endocrinologue.

Une progestérone élevée est beaucoup moins courante qu'une progestérone faible. Un tel écart se manifeste par les symptômes suivants:

  • gain de poids rapide;
  • toxicose sévère en début de grossesse;
  • gonflement;
  • augmente la pression artérielle;
  • maux de tête, migraines;
  • sautes d'humeur fréquentes, agressivité;
  • larmoiement excessif, dépression, apathie;
  • l'apparition de problèmes de peau, tels que séborrhée grasse, acné.

Une femme peut percevoir bon nombre de ces symptômes comme une manifestation courante de changements hormonaux pendant la grossesse, mais avec des taux de progestérone normaux, ces symptômes ne devraient pas être présents ou ils peuvent être légers..

Traitement

Pour une grossesse et un accouchement normaux, les taux de progestérone doivent se situer dans les limites normales. Si, lors de l'examen, le médecin révèle ses déviations dans un sens ou dans l'autre, un traitement sera alors prescrit à la femme enceinte.

Que la progestérone dans le sang soit augmentée ou diminuée, il sera nécessaire de suivre plusieurs recommandations qui contribueront à la normalisation du taux hormonal.

Tout d'abord, la patiente devra changer son mode de vie et revoir son alimentation. Les situations stressantes doivent être évitées, la routine quotidienne doit être normalisée, le sommeil doit être d'au moins 8 heures par jour et il est nécessaire de s'endormir au plus tard à 23 heures. Le régime alimentaire doit être équilibré, contenir une quantité suffisante de protéines et de graisses. Si nécessaire, vous pouvez contacter un nutritionniste qui sélectionnera un régime individuel adapté à une situation spécifique..

Deuxièmement, s'il est difficile d'éviter le stress dans la vie, par exemple, si le patient a un chagrin dans la famille, des sédatifs doux à base de plantes peuvent être prescrits. Ils n'auront pas d'effet négatif sur le fœtus, mais dans une certaine mesure, ils peuvent contribuer à la normalisation des taux de progestérone..

Troisièmement, nous ne devons pas oublier l'activité physique. Oui, il y a beaucoup de restrictions pendant la grossesse, et une femme enceinte devrait exclure les exercices de force et les charges cardio. Mais rester à la maison tout le temps et limiter ses activités est également dangereux. Marche, baignade dans la piscine, sports de groupe spéciaux pour les femmes enceintes sont recommandés.

Le traitement des affections associées à une altération des taux de progestérone pendant la grossesse doit être sous la stricte surveillance d'un médecin

Un traitement médicamenteux avec un faible taux de progestérone peut être effectué à la fois en ambulatoire et à l'hôpital. Tout dépend de la situation spécifique, mais le plus souvent, les médecins sont réassurés et mettent le patient en conservation jusqu'à ce que le taux d'hormones revienne à la normale. Dans cette situation, des médicaments contenant de la progestérone ou ses analogues synthétiques sont prescrits..

Pour stimuler la production de progestérone endogène, des préparations contenant de la vitamine B6, du magnésium et du zinc peuvent être prescrites. Avec une activité spastique excessive de l'utérus, des antispasmodiques sont utilisés.

Des niveaux élevés de l'hormone pendant la grossesse ne nécessitent généralement pas de traitement médical ciblé, car l'augmentation peut être associée à des maladies spécifiques. Dans une telle situation, les médecins appellent une consultation et décident du traitement à prescrire..

La détection en temps opportun des violations du niveau de progestérone et l'orientation vers un spécialiste sont la clé d'une grossesse et d'un accouchement réussis. Si le médecin recommande un test de laboratoire, ne refusez pas, car il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Mais même si une violation de sa concentration est révélée, vous ne devriez pas paniquer - il existe de nombreuses façons de normaliser le niveau de progestérone sans nuire à l'enfant et à la future mère. N'oubliez pas qu'un mode de vie sain, une alimentation équilibrée et un manque de stress jouent un rôle important dans le maintien des niveaux d'hormones à des niveaux optimaux..

Pourquoi se faire tester pour la progestérone et est-ce important pendant la grossesse

Pour que la grossesse se déroule correctement, le fond hormonal dans le corps de la femme doit être normalisé, car tout écart peut provoquer une fausse couche à tout moment. Il est particulièrement important de surveiller le niveau des hormones sexuelles..

Par exemple, la progestérone joue un rôle important pendant la grossesse, elle participe à l'activité des ovaires, de l'utérus, aide à fixer l'ovule qui a été fécondé. Par conséquent, une analyse de la progestérone pendant la grossesse indiquera si les organes reproducteurs fonctionnent correctement à un stade précoce..

Brèves caractéristiques de l'hormone

La progestérone est une hormone sexuelle qui régule la menstruation et assure la grossesse. Sa synthèse a lieu dans les glandes surrénales, les ovaires et le placenta. Une augmentation de sa production se produit dans la phase d'ovulation après la maturation de l'ovule. Lorsque le follicule éclate, un corps jaune se forme à sa place, dont la taille augmente sous l'influence de la progestérone. Si la fécondation n'a pas eu lieu, ce corps disparaît, puis apparaît dans le cycle menstruel suivant..

Un test sanguin de progestérone pendant la grossesse est d'une grande importance dans le cas où une femme ne peut pas concevoir d'enfant. Une faible concentration de l'hormone indique la maturation de l'œuf. Si ses indicateurs n'augmentent pas, la fertilisation devient impossible. La disposition du corps à concevoir une nouvelle vie est indiquée par le niveau élevé de progestérone dans le corps de la femme. L'hormone est chargée de préparer l'utérus à retenir un ovule fécondé dans ses parois..

Après la fécondation de l'ovule, le corps jaune synthétise activement la progestérone, l'hormone arrête la contraction utérine, aide à arrêter le processus de rejet de l'ovule, ainsi que la relaxation musculaire.

Fonctions de la progestérone pendant la grossesse

Pendant cette période, l'hormone remplit plusieurs fonctions importantes:

  • Prévention de la grossesse extra-utérine. La progestérone active la formation de mucus par les trompes de Fallope - la source de nutrition de l'œuf fécondé lorsqu'il pénètre dans l'utérus.
  • Protection contre le rejet de l'ovule.
  • Stimulation de la croissance de l'utérus. L'hormone transforme les fibres musculaires de l'organe, augmentant sa taille. Cela est nécessaire car le fœtus se développe et grandit, respectivement, et l'utérus doit augmenter de taille..
  • Diminution de l'activité du myomètre. Grâce à cela, il est possible de bien supporter la grossesse, d'éviter les fausses couches et le travail prématuré. La progestérone favorise également la relaxation des muscles lisses dans tout le corps..
  • Participe à la croissance et au développement des glandes mammaires pour la lactation ultérieure.

Niveaux de progestérone

Une analyse de la progestérone pendant la grossesse est réalisée à tout moment, mais elle peut avoir des indications différentes selon les règles. Il n'est pas nécessaire de mener une analyse pour toutes les femmes d'affilée, mais elle est nécessairement prescrite dans de telles situations:

  • Risque de fausse couche;
  • Antécédents de fausse couche;
  • Infertilité;
  • Après la FIV.

Le sang pour le test est prélevé dans une veine le matin avant les repas. Lors de la planification d'une grossesse, il est recommandé de donner du sang dans la deuxième phase du cycle menstruel, par exemple le vingt et unième jour. En médecine, des normes sont établies pour chaque phase du cycle menstruel:

  1. Du premier au douzième jour (phase folliculaire) - 0,31-2,31 nmol / l;
  2. Du douzième au seizième jour (phase ovulatoire) - 0,48-9,41 nmol / l;
  3. Du seizième au début des règles (phase lutéale) - le niveau le plus élevé de l'hormone.

Il existe également des normes pour chaque semaine de grossesse:

  • Au premier trimestre (de la première à la treizième semaine), le niveau de l'hormone augmente de 18 à 42 nmol / l;
  • Au deuxième trimestre (de la quatorzième à la vingt-septième semaine), la concentration de l'hormone augmente à 83 nmol / l;
  • Au cours du dernier, troisième trimestre, le taux de progestérone monte à 110 nmol / L.

Le test n'est prescrit que par un médecin, il vous expliquera en détail pourquoi prendre de la progestérone pendant la grossesse. Normalement, le niveau de progestérone pendant la période de gestation augmente chaque semaine, puis il diminue, ce qui agit comme une sorte de signal pour le début du travail..

Quand un médecin peut-il ordonner un test??

Dans certains cas, votre médecin peut vous prescrire ce test. Ces cas incluent:

  • Kyste de l'ovaire;
  • Menstruations douloureuses;
  • Risque de fausse couche;
  • Manque d'ovulation;
  • En surpoids;
  • Deuxième trimestre de grossesse pour vérifier l'état du placenta;
  • Saignement utérin.

Comment bien se préparer?

Pour obtenir des résultats précis et fiables, il est nécessaire de bien se préparer à l'analyse. Pour ce faire, vous devez suivre des règles simples:

  1. Vingt-quatre heures avant le don de sang, il est recommandé de ne pas consommer d'alcool, de café, de thé fort et de médicaments;
  2. Vous devez également abandonner les rapports sexuels;
  3. Il est interdit de manger des aliments frits et gras, des cornichons la veille;
  4. Il n'est pas recommandé de fumer pendant cinq heures avant l'analyse, vous devez éviter les charges électriques et le stress émotionnel;
  5. Le dernier repas avant la procédure doit être huit heures avant le don de sang;
  6. Avant l'analyse, vous devez vous détendre autant que possible..

Livraison de l'analyse

Comment faire un don de sang pour la progestérone pendant la grossesse, le médecin doit le dire. Le sang est prélevé dans une veine le matin avant les repas. Le sérum est séparé du sang obtenu, dans lequel la concentration de l'hormone est déterminée. Les résultats de l'analyse seront prêts dans un jour.

Après cela, le médecin, après avoir étudié les résultats de l'étude, peut prescrire un examen supplémentaire, qui comprend l'utilisation de ces techniques de diagnostic:

  1. Ultrason;
  2. Dopplerométrie;
  3. Test HCG.

Interprétation des résultats

Le médecin procède à l'analyse. Si la concentration de l'hormone est anormale, cela indique la présence de problèmes dans le corps féminin. Si son niveau est bas, cela indique une menace de fausse couche, et pour une femme qui envisage seulement de devenir mère, l'impossibilité de concevoir. De faibles niveaux d'hormone entraînent l'apparition de tels signes:

  • Diminution de la libido;
  • Apathie;
  • Faiblesse musculaire;
  • Développement fœtal retardé;
  • Grossesse extra-utérine;
  • Grossesse gelée;
  • Le développement de néoplasmes;
  • Règles douloureuses;
  • Maux de tête;
  • Irritabilité, agressivité;
  • Risque de fausse couche;
  • Insuffisance placentaire;
  • Troubles du système endocrinien;
  • Risque accru de saignement utérin
  • Grossesse post-terme.

Avec une augmentation du niveau de l'hormone, les phénomènes suivants sont observés:

  • Violation du développement du placenta;
  • Pathologie surrénalienne;
  • Grossesse multiple;
  • Hyperplasie surrénale.

En savoir plus sur les faibles niveaux d'hormones pendant la grossesse

Si l'analyse a montré un niveau abaissé de l'hormone, le médecin prescrit des médicaments pour le normaliser. La progestérone est généralement réduite dans de telles situations:

  1. Risque de fausse couche. Les femmes se plaignent de douleurs dans l'abdomen, irradiant vers le sacrum, ainsi que de saignements. Le manque d'hormone entraîne le détachement de l'ovule, ce qui peut provoquer une fausse couche ou une grossesse gelée.
  2. Perturbation du fonctionnement du corps jaune. Habituellement, un test de progestérone est attribué à ceux du beau sexe qui ont déjà eu une infertilité ou une fausse couche. Cela est dû au fait que de telles pathologies se développent généralement en raison d'un faible taux de progestérone dans le corps à la suite d'une violation de l'activité du corps jaune, qui le produit.
  3. Insuffisance du placenta. Une augmentation du tonus utérin et un décollement placentaire se produisent au cours du deuxième trimestre de la grossesse, le plus souvent en raison du fait que le chorion ne peut pas produire l'hormone dans la quantité requise. En conséquence, un travail prématuré peut commencer..
  4. Rapprochement de l'activité de travail. Avant l'accouchement, la concentration de l'hormone diminue, provoquant des contractions.
  5. Après la procédure de FIV afin de s'assurer que la concentration de l'hormone est au bon niveau.

Dans toutes ces situations, une thérapie est effectuée, dont le but est d'augmenter le taux de progestérone pour le déroulement normal de la grossesse..

Thérapie médicamenteuse

En médecine, il existe de nombreux médicaments contenant de l'hormone progestérone ou ses analogues. Ils sont conçus pour corriger les niveaux d'hormones dans le corps afin d'augmenter les chances de mener une grossesse normale..

Les médicaments peuvent avoir différentes formes posologiques, certains sont utilisés au cours du premier trimestre, d'autres aux stades ultérieurs. De l'avis des femmes enceintes, les médicaments sont assez efficaces, malgré leur forme posologique. Il existe de telles formes de médicaments hormonaux:

  • Pour usage oral sous forme de comprimés. Ces médicaments comprennent, par exemple, «Utrozhestan» ou «Duphaston». Habituellement, pour la prévention, il est recommandé de prendre le médicament à une dose de deux cents milligrammes par jour..
  • Solutions pour injection. Il s'agit généralement d'une solution huileuse contenant de la progestérone. Il est utilisé moins fréquemment que les autres formes de médicaments.
  • Pour usage externe sous forme de pommades et de crèmes. Ces médicaments sont appliqués sur l'abdomen et la poitrine. Le seul inconvénient de ces médicaments est l'incapacité de contrôler la posologie, ils sont donc généralement utilisés en association avec des pilules hormonales..
  • Les comprimés vaginaux sont prescrits avec une augmentation du tonus de l'utérus, ils sont utilisés jusqu'à la trente-deuxième semaine de grossesse.

Sécurité de la pharmacothérapie

En médecine, la sécurité absolue des médicaments à base de progestérone qui doivent être pris pendant la grossesse n'a pas été établie. Ces médicaments sont généralement attribués au groupe D, ce qui suggère qu'il y a eu des cas de leurs effets négatifs sur le fœtus. L'une des manifestations négatives chez une femme à naître est la masculinisation due à une augmentation du taux d'androgènes..

C'est pour cette raison que les préparations hormonales ne doivent être utilisées que selon les directives d'un médecin..

Lors de l'utilisation de médicaments à base de progestérone, les symptômes négatifs suivants se développent souvent:

  • Nausées, qui peuvent être accompagnées de vomissements;
  • Mal de crâne
  • Abaisser la tension artérielle;
  • Développement de la constipation.

Conclusion

La progestérone est une hormone importante qui est vitale pour une grossesse normale. Mais pas dans tous les cas, la menace de fausse couche ou de fausse couche réside dans une violation de sa concentration dans le corps. Par conséquent, pour certains problèmes, le médecin prescrit d'abord une analyse de la progestérone pendant la grossesse, puis procède à des examens supplémentaires pour établir un diagnostic précis. Lors de la prescription de médicaments hormonaux, vous devez peser le pour et le contre, car les médicaments hormonaux peuvent provoquer des effets secondaires non seulement chez la mère, mais aussi chez son enfant à l'avenir..

Actuellement, de nombreuses femmes se plaignent que les médecins prescrivent un médicament hormonal contenant de la progestérone à toutes celles qui planifient une grossesse, sans vraiment comprendre s'il est nécessaire ou non. Ce phénomène peut être observé assez souvent dans tout le pays. Une telle approche en gynécologie est inacceptable, des indications particulières sont nécessaires pour prescrire un médicament hormonal, il ne peut pas être prescrit à tout le monde sans discernement. Et il s'avère que les femmes se plaignent de l'apparition de nombreux effets indésirables, qui pourraient ne pas avoir été la bonne approche du problème de la grossesse.