À 29-30 semaines de grossesse, la plupart des femmes partent généralement en congé de maternité et une vraie vie de grossesse sans journées de travail ne fait que commencer. Mais pour certains, la grossesse en ce moment se termine déjà par l'accouchement..

Dans cet article, nous verrons si l'accouchement à 29, 30 et 31 semaines de grossesse est si effrayant et dangereux, quelles peuvent en être les conséquences et existe-t-il des moyens de prévenir un tel accouchement..

Quelques mots sur la date limite

Jusqu'à la fin des années 90 du siècle dernier, un enfant né jusqu'à 28 semaines incluses, en général, était considéré comme une fausse couche tardive, et le fait de sa naissance n'était enregistré que si le bébé parvenait miraculeusement à vivre sept jours..

Maintenant, les normes sont différentes. À partir de 22 semaines, les bébés nés sont considérés comme prématurés, mais restent des enfants, et ils sont donc tenus de fournir tous les soins médicaux nécessaires.

L'accouchement entre 29 et 31 semaines de gestation est une naissance prématurée et précoce, ce qui, bien sûr, peut être dangereux pour la mère et son bébé. La part des naissances précoces à ce moment, selon les statistiques, représente environ 15% des cas.

Les enfants naissent dans un état grave, mais la médecine moderne peut les aider à survivre, bien que cela, hélas, ne soit pas toujours possible.

Il est à noter que chez la femme après 29 semaines de grossesse, l'accouchement commence dans la plupart des cas spontanément, spontanément, et seulement dans 20% des cas, l'accouchement à cette période obstétricale doit être provoqué artificiellement pour des raisons médicales disponibles. Chez près de la moitié des femmes en travail, le liquide amniotique part prématurément, et c'est ce qui devient le début du travail. Moins fréquemment, le processus d'accouchement commence par des contractions..

L'induction du travail ou la césarienne à ce moment n'est effectuée que pour les indications d'urgence, dans lesquelles la vie de la mère ou de l'enfant est en danger de mort si la grossesse est prolongée.

Développement et état des bébés, vitalité

L'accouchement à 30 semaines de gestation n'est pas souhaitable, car le bébé est dans un état de développement actif, mais s'il est né, il a de meilleures chances de survivre que les enfants avant 28 semaines de gestation. À l'heure actuelle, neuf fœtus sur dix sont situés dans la présentation céphalique, et ce fait augmente les chances de réussite d'une naissance prématurée..

La croissance des bébés à cette époque est en moyenne d'environ 40 centimètres et leur poids est d'environ un kilogramme et demi. Mais ces paramètres sont très individuels: il y a des enfants qui, à 30 semaines, dépassent la barre d'un kilo et demi, et il y a ceux qui n'atteignent pas le kilogramme. Le pronostic de viabilité dépend du poids.

La peau des enfants nés à 29-30 semaines et une semaine plus tard est presque toujours rouge, car il y a encore peu d'accumulation de tissu adipeux sous-cutané. Fondamentalement, il se forme au cours du dernier trimestre et cette couche se développe le plus activement au cours du dernier mois de gestation. En attendant, la couche de graisse sous-cutanée équivaut à environ 6% du poids total du fœtus, ce qui laisse penser que le bébé aura certainement des problèmes de thermorégulation après la naissance. Il ne pourra pas se réchauffer au début sans aide médicale..

Les oreillettes des bébés sont molles et dépassent un peu sur les côtés, le durcissement du tissu cartilagineux se produit plus tard, et donc le degré de douceur des oreilles sera un signe diagnostique important du degré de prématurité à la naissance. À cette époque, les enfants naissent souvent avec des restes de poils fins et blanchâtres sur le corps. Lanugo tombe progressivement tout seul et ne nécessite aucun traitement.

Les enfants nés à 30 semaines ont presque toujours certains problèmes avec le système nerveux, car c'est à ce moment que les processus de différenciation du cortex cérébral doivent être achevés. Les réflexes de base sont déjà là, mais le réflexe respiratoire en est encore à ses balbutiements.

Les organes internes se forment et commencent à fonctionner. Naturellement, ils sont immatures morphologiquement et fonctionnellement, mais ils ont toutes les chances de fonctionner pleinement avec des soins et une assistance médicale appropriés..

Le processus de formation de surfactant dans le tissu pulmonaire bat son plein. Cette substance permet au nouveau-né de respirer par lui-même. En quantité suffisante pour cela, le surfactant s'accumule dans les alvéoles à 38-39 semaines de gestation, l'accouchement à un stade précoce est un événement risqué pour la raison même que le surfactant peut ne pas être suffisant. Il est semé d'embûches respiratoires..

Les personnes nées à 30 semaines nécessitent généralement une ventilation mécanique.

Les statistiques indiquent que parmi les personnes nées entre 29 et 31 semaines de grossesse, jusqu'à 80% des enfants survivent si des soins de réanimation urgents sont fournis.

Si l'accouchement a lieu à domicile ou dans un établissement médical qui n'est pas destiné à la réanimation des nouveau-nés et des prématurés, alors seulement 5% des miettes ont une chance de survivre. Selon la classification internationale de la prématurité, ces enfants appartiennent au troisième groupe, moins souvent au quatrième. Le troisième groupe est caractérisé par un état difficile du bébé à la naissance, mais les prévisions pour l'avenir sont plus favorables. Le quatrième groupe comprend les enfants dont le poids à la naissance est extrêmement faible (moins d'un kilogramme). La probabilité de survie dans ce groupe est faible.

Quelques statistiques supplémentaires. Si l'accouchement a lieu entre 29 et 31 semaines de gestation, alors:

  • dans 70% des cas, les enfants survivent, mais ont des problèmes de santé qui peuvent être surmontés à un très jeune âge;
  • dans 19% des cas, les problèmes de santé de l'enfant durent plus longtemps, mais à l'âge de 10-12 ans, ils peuvent être traités ou leurs manifestations sont minimisées, ils ne donnent pas d'incapacité;
  • dans 6% des cas, les enfants survivent, mais restent invalides à vie;
  • dans 3% des cas, les enfants ne survivent pas, ils meurent dans la première semaine;
  • mortinaissance dans 2% des cas.

Dans une large mesure, les prévisions dépendront de l'équipement de l'unité de soins intensifs. Ces enfants ont besoin d'incubateurs néonatals de réanimation spéciaux, qui maintiennent la température, l'humidité et l'oxygène nécessaires. L'alimentation se fait exclusivement par un tube.

La tâche des médecins à ce stade est de porter le poids de l'enfant à 1,7 kilogramme, s'il était inférieur à la naissance. Ensuite, l'enfant est placé dans un lit chauffé spécial, dans lequel il doit grandir jusqu'à 2 kilogrammes. Ensuite, il sera possible d'écrire à la mère avec le bébé à la maison ou de transférer à l'hôpital pour enfants pour un traitement ultérieur.

Les causes

L'accouchement à ce moment peut survenir pour diverses raisons, sachant qu'il est possible d'empêcher la naissance prématurée d'un bébé. Le plus souvent, l'accouchement à 29-30 et 30-31 semaines survient chez les femmes ayant des antécédents obstétricaux chargés, plusieurs avortements dans le passé, des opérations de l'utérus et des ovaires. Les femmes enceintes qui ont déjà fait plusieurs fausses couches avant, ainsi que les naissances prématurées, surtout si elles sont survenues en même temps, sont également à risque..

Diverses maladies chroniques chez une femme peuvent également provoquer un travail prématuré, par exemple des troubles rénaux, cardiaques et endocriniens. Les femmes atteintes d'infections génitales, d'insuffisance isthmique-cervicale, de prééclampsie, de diabète sucré peuvent également accoucher à ce moment. Les raisons du début du travail à 30 semaines peuvent être des anomalies génétiques du fœtus, des malformations, un conflit Rh.

Les femmes qui subissent un stress sévère, qui fument et consomment de l'alcool et des drogues tout en portant des miettes et qui sont enceintes de jumeaux ou de triplés sont également à risque..

Conséquences possibles

Les risques pour une femme pendant l'accouchement à ce moment sont évalués comme minimes. Les ruptures du tractus génital et du col de l'utérus sont peu probables, car l'enfant est petit en poids et en taille, et le diamètre de sa tête est également petit. La probabilité de complications post-partum est estimée un peu plus élevée: les risques d'inflammation et d'hypotension de l'utérus sont augmentés, dans lesquels il rétrécira plus lentement à une taille normale.

Les principaux risques sont les enfants. Les enfants atteints de prématurité du groupe 3-4 ont presque toujours des problèmes de neurologie. Dans les cas graves, si un enfant naît avec un poids inférieur à un kilogramme, il existe des risques élevés de lésions cérébrales totales, d'hémorragie cérébrale, pouvant entraîner une surdicécité, une paralysie cérébrale..

Pas un seul médecin, même s'il a le titre de professeur et une riche expérience dans le sauvetage de bébés prématurés lourds et extrêmement difficiles, ne peut dire à l'avance quelles peuvent être les conséquences d'une naissance aussi précoce. Tout dépendra des circonstances, des complications et des résultats de la lutte personnelle des miettes pour leur propre vie..

Les néonatologistes croient généralement aux pouvoirs plus élevés que les autres médecins. Parce que parfois des enfants qui, selon toutes les estimations médicales, n'auraient pas dû survivre de manière totalement inexplicable, et des enfants qui avaient de bonnes chances de mourir subitement sans raison apparente.

Cela dépend aussi beaucoup des parents. Tous les mêmes néonatologistes affirment que l'attitude positive de la mère, sa foi en la force et la capacité de son propre bébé à survivre et à être en bonne santé font des miracles..

D'un point de vue médical, il est très difficile d'expliquer ce lien invisible entre une mère et un bébé prématuré, mais même les médecins sceptiques de «l'ancienne formation» ne nient pas son existence.

Avis de femmes

Selon les femmes, après l'accouchement à cette époque, des problèmes surviennent souvent avec l'établissement de la lactation. Le bébé n'est pas amené pour se nourrir, il est en soins intensifs et le pompage constant n'est pas toujours à la portée d'une femme tourmentée par les peurs et les doutes. Dans un état d'inquiétude pour la vie et la santé du bébé, de nombreuses femmes sont confrontées à un manque de lait maternel.

Il existe des communautés entières sur Internet pour les parents dont les enfants sont nés beaucoup plus tôt. En eux, les mères se fournissent mutuellement un soutien psychologique, et partagent également des méthodes et des conseils sur la réadaptation des bébés prématurés au cours de la première année de vie et plus tard, car ces bébés ont besoin de soins qualitativement différents..

Plus d'informations sur les soins aux bébés prématurés sont décrites par un néonatologiste dans la vidéo ci-dessous..

examinatrice médicale, spécialiste en psychosomatique, mère de 4 enfants

Accouchement à 30 semaines de gestation.

Chères momies, bonjour. Un peu de notre histoire. A 26 semaines je me retrouve dans la pathologie de la grossesse. Ils donnent 3 injections de dexaméthasone pour préparer les poumons de l'enfant. À 30 semaines du 6 février 2020, accouchement naturel. Garçon 1490, 7-8 Apgar. IVL (canil) pendant les deux premiers jours, puis un masque à oxygène. Pneumonie. Au 10e jour de l'apnée, des canules pour un jour, puis un masque. Transfert au PIT. Au 20e jour de l'apnée, des canules pour un jour, puis un masque et encore. Nous avons déjà plus d'un mois et recevons de l'oxygène en permanence... C'est alarmant. Selon les images des mots des médecins, il n'y a pas de pneumonie, il n'y a pas de changement dans les poumons (ou n'est pas encore visible)

Vous ne pouvez pas visiter le bébé, depuis la quarantaine.

A mes questions, le médecin répond que la dépendance à l'oxygène à l'âge de plus d'un mois devrait être alarmante

- cela est dû soit à la formation d'un degré sévère de Bld (qui me fait très peur), soit à l'immaturité du cerveau.

Les mères dont les bébés sont nés à 30 ans, à 31 semaines, combien de temps ils ont été sous ventilation mécanique, combien de temps ont-ils reçu de l'oxygène?

Quand ils ont commencé à manger uniquement à partir d'une bouteille?

Je crois en mon bébé, je crois en la victoire sur la dépendance à l'oxygène

Olga Golneva. Pas besoin de désespérer

Naissance prématurée à 30 semaines

Olga Golneva
Krasnogorsk

Ma grossesse se déroulait très calmement: pas de toxicose, pas de pression, pas d'œdème, les tests étaient normaux. On peut dire que la «position intéressante» m'a bien transformée: le teint s'est unifié, l'état de mes cheveux s'est amélioré, j'étais beaucoup plus souvent de bonne humeur qu'avant et beaucoup ont remarqué que je commençais à mieux paraître. Je me sentais même parfois comme une «femme enceinte incomplète» lorsque mes amis discutaient de toutes sortes de «problèmes de grossesse». Après avoir lu de nombreux livres pour femmes enceintes, j'étais sûr que tout allait bien pour moi, que je préparerais correctement l'accouchement et donnerais naissance à un bébé en bonne santé..

Trop tôt!

La 31e semaine de grossesse a commencé, il restait quelques jours de travail, et le voici: le congé maternité tant attendu, où vous pouvez vous consacrer pleinement à la préparation de l'apparition du bébé. Mais ce n'était pas là. Tout a commencé de manière très inattendue. Le soir, j'avais mal au ventre et il n'y avait pas de prérequis: je ne soulevais pas de poids, je ne travaillais pas trop, je ne ressentais pas de stress. C'était juste qu'il y avait une vive douleur récurrente dans le bas de l'abdomen (alors seulement, après quelques heures, j'ai réalisé que c'était le travail). Je me suis allongé pour me reposer dans l'espoir que la douleur disparaîtrait, mais mon mari a insisté pour appeler une ambulance, qui, naturellement, m'a emmenée à l'hôpital. Pendant que j'attendais le médecin de garde, qui accouchait à ce moment-là, l'eau s'est mise à couler. À ce stade, j'avais déjà très peur. Ce n'est qu'à ce moment-là que j'ai commencé à réaliser qu'une simple consultation avec un médecin ne suffirait pas ici - apparemment, je devrais aller pour sauver. Je n'en voulais pas tellement! Elle a envoyé son mari chercher des choses, parce que n'a même rien emporté avec elle, espérant rentrer à la maison ce soir-là. Après l'examen, le médecin a confirmé que l'eau coulait et que les contractions se poursuivaient, mais le col de l'utérus était fermé. Cela signifiait que la grossesse pouvait être maintenue et prolongée..

Ils m'ont mis sous perfusion de magnésie, m'ont fait des injections et ont prolongé un moment douloureux sans dormir, car les contractions ne s'arrêtaient pas. Le lendemain, un médecin est venu et a rassuré que les eaux étaient rafraîchies toutes les trois heures, une échographie a révélé une "eau basse modérée" encourageante, avec de tels symptômes avec un col fermé, il était possible de prolonger la grossesse. Pour un enfant dans une telle situation, chaque jour passé dans le ventre de maman vaut son pesant d'or.

"Sur un coup de tête".

A mon grand regret, la magnésie, destinée à contenir les contractions, ne m'a pas aidé. De plus, la deuxième nuit, les contractions s'intensifièrent, et à ce moment il me sembla que c'était déjà un combat incessant. La douleur était folle, je ne pouvais ni mentir, ni m'asseoir, ni marcher. C'était un peu plus facile pour moi à quatre pattes. Le médecin est venu et a déclaré que le col de l'utérus s'était ouvert et que j'accouchais. Mais je ne pouvais pas croire que cela m'arrivait! Je voulais me réveiller et réaliser que ce n'était qu'un mauvais rêve. Mais la réalité était différente. La douleur spirituelle s'ajoutait à la douleur physique. Je n'avais personne avec qui le partager: je n'ai pas appelé mon mari, car il faisait nuit et je ne voulais pas le déranger, mais le médecin et la sage-femme ont montré de la froideur dans cette situation. Je n’ai pas eu le temps de terminer le cours de préparation à l’accouchement, je n’ai pas eu le temps de lire les livres correspondants, je pensais qu’il me restait encore 2 mois! J'ai dû accoucher «sur un coup de tête». C'était très effrayant - tout d'abord pour l'enfant: après tout, si je fais quelque chose de mal, je lui ferai encore plus de mal. J'ai essayé de me détendre autant que possible dans une telle situation et j'ai imaginé comment l'enfant passe dans le canal génital. Je pense que ça a aidé

Mon bébé

A 7h15 du matin à 30 semaines et 3 jours, j'ai donné naissance à ma petite fille pesant 1330 g. Elle a été immédiatement placée en soins intensifs, en unité de soins intensifs. Heureusement, cette maternité est spécialisée dans l'accouchement prématuré et dispose d'une excellente réanimation infantile. Quelques heures après l'accouchement, je suis d'abord venu à l'unité de soins intensifs et j'ai vu mon bébé à travers les parois transparentes de l'incubateur. Mon cœur se serra de douleur et de pitié. Elle était tout simplement minuscule, en plus, elle était emmêlée de fils et de capteurs. Cette courte conversation avec ma fille m'a inculqué la confiance que je dois vivre et me battre pour elle..

Au début, les médecins n'ont donné aucune prédiction. Chaque jour, le cœur serré, je venais à l'unité de soins intensifs et n'entendais qu'une phrase sèche: «L'état de la fille est stable». Le troisième jour, elle a développé une jaunisse physiologique et une pneumonie. Cela a aggravé la situation et on lui a prescrit des antibiotiques..

Le quatrième jour, le lait m'est venu. Malgré le fait que ma fille ait reçu de la nourriture dans un tube et que son régime alimentaire se composait de 5 à 7 g d'un mélange spécial pour les bébés prématurés, je savais fermement que le lait devait être conservé à tout prix, car c'est le meilleur aliment pour un enfant, en plus, avec le lait, l'immunité est transmise par la mère. Pour un bébé petit et non protégé, le lait maternel est particulièrement important, c'est en fait comme un médicament. Je croyais que le jour viendrait où je pourrais l'allaiter. Il était difficile d'exprimer le lait, surtout au début. Cependant, le tire-lait m'a beaucoup aidé, ainsi que la confiance dans les bienfaits de l'allaitement..

Premières victoires

Après 9 jours, le moment tant attendu est arrivé: les médecins ont annoncé que l'état de l'enfant était stable et qu'il y avait une tendance positive. Notre fille n'avait plus besoin de réanimation, elle a donc été transférée à la deuxième étape des soins infirmiers dans un service spécial pour enfants. C'était notre première petite victoire.

Dans un service spécial pour bébés prématurés, les mères étaient autorisées à être présentes de 8 heures à 16 heures, et les pères et autres parents ne pouvaient voir l'enfant qu'à travers la vitre de la salle à des heures strictement prévues seulement 2 fois par semaine. Mais que voyez-vous à travers la vitre de la salle, d'ailleurs, lorsque l'enfant est encore dans l'incubateur? Pratiquement rien. Cela distinguait grandement la deuxième étape de l'allaitement des soins intensifs, où les pères et les mères pouvaient non seulement voir leur enfant tous les jours, mais même le toucher. Cependant, il était important que maintenant Julia (comme nous l'appelions notre fille) soit nourrie, bien que par sonde, mais mon lait maternel.

Je voulais vraiment la prendre dans mes bras, la presser contre ma poitrine, sentir son odeur, comment elle respire, comment son cœur bat, mais, malheureusement, elle était toujours dans l'incubateur, et je ne pouvais que regarder l'infirmière, comment elle l'a emmaillotée et nourrit. Quand Yulia avait presque un mois, elle a finalement été transférée de l'incubateur au lit. Ce fut notre prochaine victoire sérieuse, car à partir de ce moment, je pourrais prendre soin d'elle moi-même: nourrir, baigner, emmailloter. Mais néanmoins, il faut se réjouir du succès avec prudence, car il ne faut pas oublier que les bébés prématurés sont à risque de développer des maladies du système nerveux, des organes auditifs, de la vision, du système musculo-squelettique, et plus le poids à la naissance est bas, plus le risque est élevé. En conséquence, Yulia a passé un peu plus d'un mois dans le département des bébés prématurés. Lorsque le poids dépassait 2 kg, elle a été renvoyée chez elle. Au début, c'était effrayant de se retrouver seul avec l'enfant sans surveillance médicale constante. Cependant, cette incertitude est rapidement passée, en grande partie du fait que nous sommes en contact avec le médecin de ce service, ainsi qu'avec le pédiatre du district. Maintenant, Yulia a déjà 2,5 mois et pèse 3 kg. Nous sommes sûrs que le pire et le pire sont passés. Maintenant, nous rattraperons progressivement nos pairs et, je l'espère, finirons par combler l'écart..

Et enfin, je voudrais noter qu'il est nécessaire de prêter attention aux parents de bébés prématurés, qui ont également un besoin urgent de rééducation psychologique. Je souhaite à ces couples confrontés à une naissance prématurée de ne pas désespérer, de ne pas être isolés, de se battre et de croire qu'il est possible de surmonter toutes les difficultés de la période de rééducation et d'élever un enfant en bonne santé.

Source de la photo: Shutterstock

Commentaires sur l'article

  • "au début
  • "
  • 3
  • 2
  • 1
  • "
  • jusqu'à la fin "

Votre article nous a beaucoup aidés lorsque nous étions dans la même situation que la vôtre.
Mon mari et moi voulions un enfant pendant 7 ans, nos problèmes ont commencé en 2010, lorsque j'ai eu une grossesse extra-utérine, après cela nous avons commencé à être contrôlés, traités et essayé de tout faire pour avoir des enfants. Mais au fil des années, nous avons essayé un tas de méthodes de traitement différentes, mais toutes ont échoué. Et fin 2014, nous avons pensé à la FIV pour la première fois. Dans notre ville, il n'y a pas de bonne clinique où ils le font, et nous ne pouvons pas y accéder gratuitement, car vous devez passer un tel tas de tests et tout est payé, ce qui est plus facile de faire une FIV pour de l'argent. Nous avons décidé de faire une FIV à Kazan. Nous avons passé les tests nécessaires, avons subi une stimulation, et maintenant nous attendons le jour X - jour de perfusion, ils nous appellent de la clinique et nous disent qu'aucun embryon n'a survécu.
Beaucoup de larmes, d'hystériques, d'argent gaspillé, de nerfs et le sentiment que nous n'aurons jamais d'enfants. Les finances sont épuisées et ils sont partis pour une nouvelle tentative.
Alors une autre année s'est écoulée, nous nous sommes préparés mentalement, et une succursale de la clinique ouvre dans notre ville, où ils pratiquent la FIV à l'intérieur et à l'extérieur. Mon mari et moi avons collecté de l'argent et sommes allés réessayer.
Nous avons commencé en mars 2016, avons passé tous les tests et sommes allés à la stimulation en avril. Tout s'est bien passé, nous avons eu 6 bons embryons, nous les avons tous congelés en même temps, car la replantation ne peut pas se faire immédiatement, selon les indications.
En août 2016, nous avons fait la première perfusion, encore une fois un échec, le bébé ne s'est pas attaché. Plus de larmes, perte d'espoir, un sentiment de peur.
Réessayez le mois prochain - voilà. Dès le début j'ai réalisé que tout fonctionnait, j'ai même senti comment il me suçait.

Grossesse
Le 3 octobre, j'ai réussi le test de hCG et c'est positif, 507 combien j'ai aimé ces chiffres, j'étais le plus heureux, et je ne pouvais partager mon bonheur avec personne, car c'était effrayant de le jinx. Mon mari et moi avions même peur de dire ces mots «je suis enceinte». Il y avait une légère toxicose matinale et une indifférence à la nourriture, tout ne semblait pas savoureux. À la 8e semaine de grossesse, de petites pertes sont apparues et pour ma tranquillité d'esprit j'ai décidé d'aller à la conservation, mais en général tout allait bien, il n'y avait pas de menace pour le bébé, il y avait plus de peurs.
La grossesse se déroulait bien et il n'y avait pas lieu de s'inquiéter avant la 24e semaine de grossesse. Quand mon estomac me faisait très mal et que je suis allé à l'hôpital avec un diagnostic d'appendicite. En conséquence, il a été expulsé et on lui a diagnostiqué une "malnutrition des fibromes utérins". Avant la grossesse, il y avait un très petit fibrome, mais pendant la grossesse, lorsque l'estomac a commencé à se développer, elle a également grandi et s'est fait sentir. En conséquence, 5 jours à l'hôpital et ils m'ont laissé rentrer à la maison.
Puis je me suis senti bien, pas de gonflement, pas de problèmes.
Le jour tant attendu du congé de maternité est arrivé, je suis allé à un rendez-vous, j'ai reçu un congé de maladie, ils m'ont regardé et m'ont renvoyé chez moi. Le lendemain, j'ai commencé à me sentir mal, une sorte de décharge a commencé. J'ai appelé mon médecin, et elle a dit que cela pourrait être après l'examen, elle a dit d'attendre le soir.
Le soir, la sortie est devenue plus importante et mon mari et moi avons décidé d'aller à l'hôpital pour calmer nos âmes.
Nous sommes arrivés aux urgences de la maternité, avons écouté le rythme cardiaque, l'avons mesuré, avons dit de nous allonger sur la chaise d'examen, seulement j'ai réussi à m'allonger sur la chaise et le saignement a commencé.
Le médecin me regarde avec les yeux exorbités et dit - VOUS DONNEZ..

Accouchement
Je suis arrivée à la maternité pour une période de 30 semaines et 1 jour.
De la salle d'urgence, j'ai été envoyé en urgence sur une civière à la maternité, alors qu'ils me conduisaient, mes contractions ont commencé avec un intervalle de 8 minutes.
Le médecin a pris la décision de maintenir la grossesse, ils m'ont mis des intraveineuses, des analgésiques, m'ont accroché aux capteurs et m'ont interdit de me lever. Ils ont fait une injection au bébé pour que les poumons du bébé commencent à s'ouvrir si la naissance s'intensifiait encore. Après l'injection, ils ont dit qu'il fallait attendre au moins 12 heures pour qu'elle commence à agir, et le matin, il y a eu une deuxième injection. Journée totale. Comme je ne pouvais pas entrer dans le canard, j'ai été autorisé à monter aux toilettes sur un petit.
Je veux dire un mot distinct sur les infirmières, que parfois elles ne savent pas comment choisir leurs mots, surtout dans ces moments où c'est très difficile. Une fille a dit «qu'on ne peut espérer quelque chose de bien, pendant une période de 30 semaines, ce n'est pas un bébé complètement formé et il n'a aucune chance». Ce serait mieux si elle se taisait, car Je ne pouvais pas pleurer du tout et je ne pouvais pas dormir. C'était une nuit terrible, de temps en temps le médecin venait me voir, la découverte était petite, mais il n'y avait presque aucune chance de maintenir la grossesse, chaque jour était sur le compte. Alors un jour passa. Le saignement a été arrêté et après presque deux jours je me suis endormi. J'ai dormi pendant trois heures et je me suis réveillé d'une douleur intense - les saignements se sont à nouveau ouverts et les contractions ont commencé toutes les 3 minutes. Le deuxième soir, presque personne n'est venu me voir, et par conséquent, lorsque la naissance a commencé, je n'ai même pas pu appeler personne. J'ai dû retirer tous les capteurs et je suis à peine sorti dans le couloir et j'ai crié "Je suis en train d'accoucher". Le médecin est venu en courant, a examiné, le travail ne pouvait plus être arrêté, l'eau a été libérée et emmenée en salle d'opération pour une césarienne. Ils ne m'ont rien dit, ils m'ont poignardé et j'avais l'impression d'être dans le brouillard. Peut-être que la fatigue a affecté.

Le 27 mars à 4 heures du matin, mon fils est né à 30,3 semaines, il n'a même pas crié et ils ne l'ont pas mis sur ma poitrine. J'ai demandé aux médecins de me dire ce qui n'allait pas chez lui, de me le montrer, mais ils m'ont ignoré, j'ai aperçu quelqu'un en train d'être emmené. Il n'y avait pas de force et j'étais déconnecté de temps en temps.
Le matin, je me suis réveillé dans la salle de réveil, encore une fois, personne ne me dit rien sur mon fils. Et ce n'est qu'à midi qu'on m'a dit qu'un garçon était né pesant 1495gr, 42cm., On ne m'a rien dit d'autre.
Seulement à 16 heures, j'ai été autorisée à voir mon fils et on m'a dit ce qui lui était arrivé. Il était en soins intensifs dans l'incubateur dans un état très grave, il avait une hémorragie cérébrale massive et il était tout bleu. Vous ne pouvez pas le regarder sans larmes, et j'étais encore très faible. Le médecin a commencé à parler de ses problèmes: hémorragie étendue, il était sous ventilation artificielle pulmonaire, il a pris 4 g de nourriture dans un tube. Il était couvert de fils et était inactif.
Les médecins se sont mis d'accord pour le mal et ont dit seulement d'attendre, le premier jour était terrible, ne sachant pas à quoi s'attendre.
Il n'était possible de lui rendre visite qu'une fois par jour pendant une demi-heure à 16h00, et chaque fois que j'allais le voir, je priais pour qu'il vive.
Le troisième jour, il a été décidé que Sanka (comme nous l'appelions) serait mieux transportée à l'hôpital régional pour enfants, car là, il sera sous la supervision de neurochirurgiens, et où ils le perceront, pomperont le sang de la tête.
J'ai écrit un refus à l'hôpital et je l'ai poursuivi à l'hôpital, mais ils ne m'ont pas laissé le voir, parce que il était aux soins intensifs et les visites étaient interdites. Mon mari et moi avons demandé au médecin traitant de venir nous voir pour une conversation.
Le médecin ne nous a mis en place que pour le mal, et dans l'obscurité totale, nous sommes rentrés chez nous. Chaque jour, je pouvais appeler l'unité de soins intensifs et découvrir l'état de mon fils, chaque fois avant l'appel, je priais et demandais à Dieu de nous aider. C'étaient des jours terribles, des jours de larmes et de perte totale de soi et du sens de la vie, de la désolation. Donc, 6 jours se sont écoulés, et pendant ces jours, il a commencé à manger jusqu'à 20 grammes. Et il a récupéré de 120g. Cela nous a inspiré la foi et l'espoir pour le meilleur. Le 7ème jour, on m'a proposé d'aller à l'hôpital dans un autre département, pour que je puisse venir à lui, à côté de sa mère il ferait mieux d'aller en guérison.
Quand je l'ai vu après une semaine de séparation, mon cœur s'est serré, s'est mis à pleurer, mais l'infirmière m'a immédiatement remis à ma place. Un tel bébé, le bleu a commencé à s'estomper, il était impuissant, et pour la première fois il m'a été donné dans mes bras. C'était effrayant de le tenir, je n'ai pas bougé pour le nourrir pendant 30 minutes, mais il n'avait toujours pas de réflexe de succion et il ne mangeait rien, et les tétons pour sa bouche étaient tous super. Mais être au moins parfois proche était le bonheur.
Trois jours plus tard, il a été transféré de l'unité de soins intensifs à un service régulier, où il était avec moi et je pouvais prendre soin de lui. C'était une petite victoire et un grand bonheur. Il était toujours dans l'incubateur, mais je pouvais le pétrir, le caresser, le nourrir, le laver et le faire complètement. Mon lait était très peu, mais son appétit était faible et il en avait assez, alors progressivement j'ai étiré ma poitrine et j'ai tout pressé jusqu'à la toute dernière goutte pour lui, comprenant à quel point il avait besoin de mon lait..
Peu à peu, nous avons commencé à grandir, arrivant à 30 à 40 grammes par jour, il était toujours dans l'incubateur et recevait de l'oxygène. Au total, nous sommes restés dans l'incubateur pendant exactement un mois, réduisant progressivement l'oxygène et la température. Lorsque nous sommes passés de l'incubateur à la crèche, ce fut à nouveau une grande victoire pour nous, et ce n'est qu'à ce moment-là que nous avons commencé à réaliser que le pire était derrière nous. Il ne reste plus qu'à apprendre à sucer et vous pouvez rêver d'une maison. Quand Sanka avait un mois, nous avons pu annoncer que nous sommes devenus parents, alors seulement nous avons pu comprendre à quel point nous sommes heureux.
Le 5 mai, nous avons été renvoyés chez nous, pesant 2560g.
Maintenant nous avons 4 mois et nous pesons 5500 et hauteur 59cm, nous mangeons déjà bien, sourions, et gardons la tête, mais nous sommes un peu en retard sur nos pairs, mais ce n'est pas effrayant, tout ce qui faisait peur est déjà derrière et fait demi-tour, il parait que c'était terrible dormir. Maintenant nous sommes trois, maintenant nous sommes une famille et nous sommes forts.
Je veux que cette histoire puisse aider quelqu'un et donner de la force au moment où c'est nécessaire, car lorsque vous vous trouvez dans une telle situation, la première chose que vous faites est d'aller sur Internet et d'essayer de comprendre ce qui vous attend ensuite. Et puis vous ne pouvez pas lâcher vos mains, vous devez croire, prier, demander simplement de l'aide à Dieu et apprendre à faire confiance aux bons médecins, l'essentiel est d'identifier et de trouver de tels. Parce que pendant que nous étions à l'hôpital, nous avons rencontré beaucoup de médecins de sang-froid qui ne pensent pas du tout à quoi et comment ils disent à leur mère, parfois il faut être un peu plus humain. Après tout, chaque mère veut entendre que son enfant est en bonne santé ou en voie de guérison, mais elle vous traite comme un «travail» et ne pense pas qu’elle peut blesser une personne selon ses propres mots.

10 août 2017

Oh, les filles, j'ai lu et pleuré pour chacun de vos petits. Santé à vos enfants et à vous, bonheur et joie à vos familles.

Dangers, risques et chances d'accouchement à 30 semaines de gestation

En médecine, un accouchement qui a lieu avant 37 semaines est considéré comme prématuré. La nature a tout prévu et a permis à une femme de se préparer à l'apparition d'un bébé dans les neuf mois. Pendant ce temps, tous les organes vitaux de l'enfant sont enfin formés et peuvent pleinement fonctionner. Mais il y a des situations où le travail commence à 30 semaines de gestation. Dans cet article, nous vous dirons ce qu'une femme doit savoir sur l'accouchement prématuré, car, malheureusement, personne n'est à l'abri de cela..

Causes de naissance prématurée

Certaines femmes peuvent avoir un travail prématuré à 30 semaines. Les raisons sont les suivantes:

  • Hypertonicité de l'utérus;
  • Stress sévère;
  • Maladies chroniques;
  • Les infections sexuellement transmissibles;
  • Pathologie cervicale.

La cause la plus fréquente est l'hypertonicité du myomètre utérin. Souvent, le ton se produit chez les femmes qui portent plusieurs bébés ou un grand enfant à la fois.

Le développement fœtal se poursuit à 30 semaines, donc lorsque la menace d'une naissance prématurée, les médecins font tout leur possible pour prolonger la grossesse à une période sûre lorsque le bébé est considéré à terme..

La naissance prématurée est assez courante

Symptômes et signes

La naissance prématurée est l'une des plus grandes craintes de toutes les femmes enceintes. Dès les premiers jours, la future maman s'inquiète de l'état de son bébé, s'inquiète si tout va bien pour lui. Une méfiance excessive, bien sûr, est également inutile. Mais en raison du fait qu'une femme commence à écouter son état, elle peut remarquer le début d'un processus pathologique.

Enceinte de 30 semaines, à quoi vous devez faire attention:

  1. Raccourcissement du col de l'utérus. Assurez-vous de faire toutes les échographies prescrites et de passer des examens avec un gynécologue. C'est le seul moyen de constater que le cou s'est raccourci et est devenu lâche..
  2. Tonus utérin. Si vous ressentez des sensations douloureuses dans l'abdomen, qu'il se raidit et se crispe, consultez immédiatement un médecin. N'abandonnez pas les médicaments prescrits ou le traitement hospitalier à l'hôpital.
  3. Décharge suspecte. Des pertes vaginales vertes, brunes et sanglantes, ainsi qu'une grande quantité de pertes transparentes, sont un signe de pathologie dans le corps d'une femme. Ne vous soignez en aucun cas et consultez un médecin d'urgence.

Selon les critiques des femmes qui ont accouché à 30 semaines, les signes avant-coureurs de l'accouchement étaient les suivants: il y avait une douleur intense dans l'abdomen et le bas du dos, l'estomac est devenu raide et le liquide amniotique est parti. L'utérus est toujours fermé, mais les contractions commencent déjà, donc la femme ressent des contractions douloureuses.

Sur une note! Malheureusement, l'accouchement peut commencer plus tôt que prévu, alors préparez à l'avance des sacs pour l'hôpital et un dossier contenant tous les documents nécessaires. Lorsque des précurseurs apparaissent, appelez immédiatement une ambulance et n'essayez pas de vous rendre à l'hôpital vous-même.

Conséquences et risques

A 30 semaines, une petite personne n'est pas encore prête à naître. La femme enceinte doit être très prudente pendant cette période: être moins nerveuse, ne pas soulever de poids, se reposer beaucoup et être au grand air. Surtout, vous devez éviter les soucis et le stress inutiles..

Sur une note! L'immunité à ce moment chez une femme est fortement réduite, il y a donc un grand risque de contracter des infections. Le placenta protège l'enfant de nombreux virus et infections, et les plus dangereux ne sont pas les infections elles-mêmes, mais le mauvais traitement.

Les conséquences d'une naissance précoce peuvent être négatives, car le fœtus continue de se développer à 30 semaines, malgré le fait que les systèmes et organes vitaux se sont déjà formés. Ils ne sont pas encore capables de fonctionner de manière indépendante. Par exemple, un bébé ne pourra pas respirer tout seul et le surfactant, une substance qui aide à ouvrir les poumons dès les premières respirations, ne commence à être produit qu'à 37 semaines..

Mais ne désespérez pas si le bébé est pressé d'apparaître 7 à 10 semaines plus tôt. Le nouveau-né est transféré dans une unité spéciale pour bébés prématurés et immédiatement connecté à un ventilateur. Il existe de nombreux exemples où les jumeaux nés à 30 semaines, après 5-6 mois, ne différaient pas dans le développement des bébés nés à terme.

Parmi les conséquences négatives de l'apparition précoce, des problèmes de neurologie peuvent être appelés, et avec un poids corporel d'un enfant inférieur à un kilogramme, des parties du cerveau peuvent être affectées. La paralysie cérébrale infantile, la surdité, la cécité peuvent être le résultat d'hémorragies..

Il est à noter que pas un seul néonatologiste, même le spécialiste le plus expérimenté de l'allaitement des jeunes enfants, ne donnera des garanties précises et ne pourra pas prédire les conséquences d'un accouchement prématuré. Beaucoup dépendra des raisons qui ont provoqué un accouchement précoce, des circonstances et du corps des miettes.

Traitement de la menace de naissance prématurée

S'il y a des signes de début précoce du travail, le médecin peut prescrire des médicaments, ainsi que le traitement non médicamenteux suivant pour une femme enceinte:

  • Repos sexuel complet;
  • Procédures de physiothérapie;
  • Repos au lit, dans lequel les jambes doivent être légèrement surélevées;
  • Calme émotionnel, manque d'activité physique.

Parmi les médicaments, des médicaments sont généralement prescrits pour aider les parois de l'utérus à se détendre et à arrêter l'activité de travail naissante. Parfois, des sédatifs sont ajoutés pour que la femme enceinte se calme et cesse d'être nerveuse. La paix psychologique et émotionnelle d'une femme est très importante pendant la grossesse, en particulier lorsque des problèmes surviennent.

Les médicaments sont initialement administrés à une femme enceinte par voie intraveineuse, puis elle peut prendre des médicaments sous forme de pilules. Pour que le traitement réussisse, lorsque les premiers signes d'une naissance imminente apparaissent à un stade précoce, une femme est hospitalisée. Pendant toute la durée du traitement, elle doit être sous la surveillance de médecins en milieu hospitalier. Si une femme doit avoir des jumeaux, les obstétriciens-gynécologues sont souvent réassurés et envoient la femme enceinte à 30 semaines à l'hôpital sous la surveillance de médecins.

En cas de menace de naissance prématurée, le médecin peut prescrire l'alitement

Gestion du travail prématuré

Dès qu'il y a des signes d'une naissance imminente, une ambulance doit être appelée immédiatement. Avant que des soins médicaux ne soient disponibles, essayez de moins bouger, de vous calmer et de syntoniser un résultat positif. Boire deux comprimés de no-shpa et deux comprimés de valériane brune. Une ambulance vous emmènera à l'hôpital où il y a un service pour bébés prématurés.

Un examen aura lieu à la maternité, à la suite duquel il sera établi si le travail prématuré commence réellement. Si tel est le cas, des médicaments spéciaux vous seront prescrits et tenteront de prolonger la grossesse. Dans le cas où il n'est pas possible de maintenir la grossesse ou s'il y a une menace pour la vie d'une femme ou d'un bébé, le travail ne s'arrête pas, au contraire, ils ont recours à une stimulation supplémentaire.

Habituellement, une naissance naturelle à la 30e semaine est rapide, car le bébé est encore petit et le col de l'utérus s'ouvre rapidement. Le plus souvent, les médecins ont recours à une anesthésie avec anesthésie péridurale et, au stade final, ils pratiquent une épisiotomie (incision périnéale) pour accélérer l'apparition du bébé..

Sur une note! Dans le cas où la divulgation ne se produit pas, la femme perd de la force, la fréquence cardiaque fœtale s'aggrave, les médecins décident de faire une césarienne d'urgence.

Malheureusement, il peut arriver que le fœtus meure en fin de grossesse. Dans ce cas, les médecins provoquent une naissance artificielle..

En cas de symptômes d'un travail imminent, vous devez immédiatement vous rendre à l'hôpital

Prévention des naissances prématurées

Il est connu que toute maladie est plus facile à prévenir qu'à guérir plus tard. Une femme enceinte à 30 semaines doit être très responsable, écouter son corps, passer tous les tests et suivre les instructions du médecin.

Quelles mesures doivent être prises pour éviter une naissance prématurée:

  • Faites une échographie à temps;
  • Passer des tests pour identifier les infections sexuellement transmissibles (idéalement, cela devrait être fait pendant la planification de la grossesse);
  • Ne soulevez pas de poids;
  • Ne soyez pas nerveux;
  • Menez un mode de vie sain, mangez correctement et pleinement.

Souvent, les avortements précoces et les aspirateurs conduisent à une naissance prématurée, car au cours de ces opérations, le col de l'utérus est artificiellement élargi. Par la suite, le cou peut s'affaiblir et se raccourcir, ce qui entraînera le début du travail précoce. Planifiez votre grossesse et prenez votre contraception au sérieux.

Une femme enceinte doit être responsable de sa situation. Si des précurseurs apparaissent, consultez immédiatement un médecin, n'ignorez pas les ordres de votre médecin, faites tous les tests nécessaires et faites une échographie. Si le bébé a décidé de naître plus tôt que prévu, accordez-vous pour le mieux, soutenez-le, car beaucoup dépendra de votre état émotionnel..

Ma fille est née il y a un an. C'était une naissance prématurée à 30 semaines. Très effrayant

Il était une fois, il y a de nombreuses années, un rêve. C’est comme si j’avais donné naissance à un enfant, mais ils ne me le donnent pas et ne me le montrent pas, et je ne sais pas ce qui ne va pas. Je rencontre des amis à la maison, mais personne ne sait que j’ai un enfant et je veux tellement en parler, crier à tout le monde, mais je ne peux pas, car je ne sais pas si j’ai un enfant. Mais je sais avec certitude que j'ai accouché.

De nombreuses années ont passé et ce rêve est devenu réalité. J'ai eu une grossesse très attendue, car pendant de nombreuses années, j'ai été traitée pour infertilité, nous avons vécu avec mon mari sans enfants pendant plus de 12 ans. En gros, tout allait bien, j'ai travaillé, mais à 12 semaines, j'ai dû aller à la préservation à cause de la menace, j'ai reçu un traitement médical et je suis retourné travailler. Elle a travaillé jusqu'à 29 semaines, puis le congé de maternité tant attendu, il y a beaucoup de plans pour cela. Le 18 décembre 2014, je suis venu à la réception au ZhK et j'ai reçu un congé de maternité, je n'avais aucune plainte. Et le lendemain, j'ai dû appeler une ambulance, désolé, j'ai vu le torchon. J'avais de mauvaises prémonitions, très anxieuses dans mon âme.

Ils m'ont mis en pathologie à préserver. Les médecins ont dit que j'avais une menace très forte, le cou était considérablement raccourci, ICI. Je ne peux pas du tout marcher. Nous avons décidé que nous devions mettre un pessaire, le mettre, c'est devenu plus facile. Le vendredi 26 décembre, le médecin traitant m'a dit que le lundi 29 je serais libéré. Mais la nuit du dimanche au lundi, j'ai commencé à saigner très abondamment et j'ai commencé à avoir de faibles contractions. J'ai appelé l'infirmière, elle a appelé le médecin de garde. Elle a regardé et ne m'a rien dit du tout. Mais je n'ai pas demandé, j'ai compris de son expression que c'était TOUT.

Ensuite, il y avait une civière, un ascenseur, une salle d'opération et de nombreux médecins. Tout le monde se demandait de faire quelque chose. J'ai juste demandé à quelqu'un ce qui arriverait à l'enfant - ils ont dit qu'ils ne savaient pas. Dans le coin de la salle d'opération, il y avait une table entourée de médecins. C'était l'équipe de soins intensifs des enfants. Ma fille ne m'a pas été montrée, ils n'ont pas crié et n'ont pas respiré, un état très grave, ils m'ont immédiatement emmené à l'unité de soins intensifs pour enfants. Ce qui m'est arrivé ensuite n'est pas intéressant. Mais le lendemain, je l'ai vue, rampée jusqu'à un autre étage de l'unité de soins intensifs. Et le 31 décembre, elle a été transférée de l'unité de soins intensifs de la maternité au bloc pour enfants du centre périnatal dans une autre unité de soins intensifs..
J'ai été libérée le 2 janvier, mon mari m'a rencontré, nous sommes allés rendre visite à ma fille dans le bâtiment des enfants. Je ne veux pas lister et exprimer les diagnostics.

Puis le traitement a commencé. De l'unité de soins intensifs, elle a ensuite été transférée à l'unité de soins intensifs, puis à la pathologie des nouveau-nés. Et puis de retour à l'unité de soins intensifs, oui, c'est arrivé, nous allions l'écrire et de nouveau entrer dans l'unité de soins intensifs. Puis à nouveau à la pathologie et au service de rééducation. Nous avons été libérés le 26 février, ce jour-là, Diana venait juste de naître. Poids à la naissance - 1800, taille - 43 cm.

Puis une nouvelle vie a commencé, complètement différente et pas similaire à celle qui avait été avant. Aujourd'hui, c'est le premier anniversaire de ma fille. Aujourd'hui, elle a un an.

Je suis extrêmement reconnaissant aux médecins, aux infirmières et à tout le personnel de l'hôpital clinique municipal n ° 70 de Moscou. Cet hôpital est comme une deuxième maison pour nous.
On continue d'y être observé.

Aujourd'hui, mon mari et moi sommes mariés depuis exactement 13 ans. Mais sa mère n'a jamais accepté notre moi, notre famille et maintenant notre fille. Elle n'a pas communiqué avec moi, et moi avec elle. Bien sûr, elle ne sait pas ce qui nous est arrivé, cela ne l'intéresse pas. Mon mari est un peu offensé qu'elle ne l'ait même pas félicité pour la naissance de sa fille en paroles, il lui a parlé au téléphone. Pendant un an, elle n'a jamais voulu la voir, lui poser des questions et, bien sûr, la féliciter. Bon, d'accord, passons-nous, nous supposerons que nous n'avons pas de grand-mère du côté de notre mari.

J'ai une fille, un mari, une mère, bien que dans une autre ville, et bien sûr des amis.

Grossesse 30 semaines

30 semaines de grossesse combien de mois?

La semaine 30 est longue. La 30e semaine marque le 8e mois de grossesse, maman se rapproche de plus en plus d'un jalon important qui divisera sa vie en deux parties conditionnelles - avant et après la naissance du bébé. En attendant, à la 30e semaine, le bébé se développe encore dans le ventre, le troisième trimestre dure et une nouvelle étape commence pour la femme: l'étape d'une communication encore plus «étroite» avec son enfant. Après tout, juste à la 30e semaine de grossesse, maman a généralement déjà un congé de maternité, pendant lequel elle pourra se consacrer exclusivement à son bébé bien-aimé jusqu'à la naissance du bébé..

Selon les lois de la nature, la 30e semaine n'est toujours pas du tout «adaptée» à la naissance d'un bébé. Cependant, si pour une raison quelconque, l'accouchement a lieu à 30 semaines, dans ce cas, ils seront appelés prématurés et le bébé survivra avec une probabilité de presque 100%..

Bien qu'il devrait idéalement se développer dans l'utérus de la mère, cependant, tous les systèmes et organes vitaux les plus élémentaires du bébé sont déjà prêts à fonctionner seuls: le système respiratoire est formé, les bras, les jambes et les organes génitaux sont en place, les yeux ouverts, les reins et les intestins fonctionnent. Bien sûr, pour élever un bébé, vous aurez besoin d'un professionnalisme suffisant du personnel médical et d'un équipement spécial, mais dans la plupart des cas, avec une réponse rapide, un bébé né à la 30e semaine de grossesse a toutes les chances de survie..

Fœtus à 30 semaines de gestation

Après tout, le bébé est maintenant assez grand - il a grandi de plus de 40 cm; le bébé a accumulé une certaine quantité de graisse sous-cutanée, et pèse en général environ 1300 à 1500 g.Dans le même temps, les poumons du bébé produisent désormais indépendamment une substance sufractante spéciale, qui les empêche de se coller pendant l'expiration. Certes, l'amélioration du système respiratoire doit continuer in utero.

Ainsi que le développement du cerveau, sur lequel le relief des sillons et des circonvolutions est de plus en plus déterminé. Le système nerveux du bébé commence également à «s'allumer» progressivement: les cellules nerveuses fonctionnent, des fibres nerveuses se forment, autour desquelles se forme en même temps une gaine protectrice de myéline.

La peau du bébé, bien que ridée, est lentement lissée. Le bébé est toujours couvert de lubrifiant protecteur, mais les peluches de lanugo d'origine commencent à disparaître progressivement. Bien que de nombreux bébés naissent encore avec une végétation légère et délicate sur leur corps, dans ce cas, le lanugo disparaîtra dans les premières semaines après la naissance du bébé..

À la 30e semaine de grossesse, le foie du bébé fait beaucoup de «travail» - le travail d'accumulation de fer pour fournir au bébé des cellules sanguines pendant la première année de vie. Le cœur du bébé bat clairement et rythmiquement, ce qui est intéressant: pour les garçons, il est plus calme et plus mesuré, pour les filles c'est plus rapide et plus chaotique.

Le fœtus à la 30e semaine de grossesse a de moins en moins d'espace dans l'utérus pour le mouvement, dans la plupart des cas, il a déjà pris la position à partir de laquelle il apparaîtra lors de l'accouchement (généralement la présentation de la tête). En raison de l'espace limité dans l'utérus de la mère, le bébé se comporte relativement calmement dans le ventre - des chocs violents et violents devraient alerter sa mère. Mais l'enfant grimace activement: plisser les yeux, froncer les sourcils, bâiller, sourire, cligner des yeux. À propos, les yeux des miettes sont déjà ouverts et il est capable de réagir à la lumière vive pénétrant dans le ventre de la mère de l'extérieur.

Analyses

Afin de contrôler le cours normal de la grossesse et d'éliminer les menaces au développement du fœtus, certains tests seront nécessaires à 30 semaines de gestation. Désormais, une visite chez un médecin est une fois toutes les deux semaines. Vous devrez passer un frottis pour la flore, des tests sanguins pour le VIH et le facteur Rh.

Il est également nécessaire de passer l'analyse d'urine «traditionnelle», qui est déjà devenue courante, pour surveiller le fonctionnement des reins et du système urinaire dans son ensemble. La mesure de la pression, de la circonférence abdominale et de la hauteur de l'utérus devient régulière. En outre, le médecin écoutera le rythme cardiaque du fœtus, déterminera sa position.

Échographie à 30 semaines de gestation

Avec une inscription en temps opportun, une deuxième échographie programmée est généralement programmée à 32 semaines. Cependant, une échographie est parfois réalisée à 30 semaines de grossesse - la période la plus appropriée est considérée comme comprise entre 30 et 32 ​​semaines.

Le but de l'échographie à 30 semaines de gestation est toujours le même: surveiller le développement normal du bébé. Ainsi, avec une échographie, un spécialiste détermine le taux de croissance du fœtus, l'état du liquide amniotique et du placenta, la position du fœtus dans l'utérus. En outre, l'échographie à 30 semaines de grossesse peut aider à identifier les malformations qui ne sont déterminées qu'à ce moment-là - obstruction intestinale, obstruction des voies urinaires, malformations cardiaques.

Parallèlement à une échographie à 30 semaines de grossesse, la mère peut se voir attribuer une étude supplémentaire appelée doppléométrie. L'étude Doppler permet d'évaluer l'intensité du flux sanguin utéro-placentaire et le flux sanguin fœto-placentaire.

Estomac

Selon la croissance du fœtus, le ventre de la mère se développe également - le ventre à la 30e semaine de grossesse a déjà atteint une taille significative, affectant progressivement la démarche de la mère. Les muscles abdominaux sont maintenant très faibles et étirés, vous devez donc être très prudent. Alors, par exemple, sortez prudemment du lit: avant de vous lever, il est conseillé de se retourner d'abord sur le côté.

La peau de l'abdomen devient de plus en plus tendue, ce qui augmente le risque de vergetures. Pour éviter ce défaut esthétique, qui bouleverse grandement la femme et est difficile à éliminer après l'accouchement, vous devez régulièrement utiliser des crèmes ou des gels spéciaux pour les vergetures chez la femme enceinte. Dans le même but, les huiles végétales sont parfaites - olive, amande, agrumes.

Utérus

L'utérus augmente encore plus à 30 semaines de grossesse, à ce stade, il est situé à environ 10 cm au-dessus du nombril, la distance de la symphyse pubienne augmente même à 30 cm.

À un moment aussi important, l'utérus se prépare souvent déjà indépendamment à l'accouchement, se contractant de temps en temps avec un minimum de douleur. Ce sont les contractions dites «d'entraînement», ce sont aussi des contractions de Bregston-Higgs, qui ne présentent aucune menace pour la grossesse. Cependant, si l'utérus commence à se contracter rythmiquement à 30 semaines, avec une certaine fréquence, alors que les contractions sont accompagnées de douleurs ou d'écoulements - sanglants ou abondants aqueux - une ambulance doit être appelée d'urgence. Très probablement, dans ce cas, nous parlerons de naissance prématurée..

Sensations à la 30e semaine de grossesse

L'élargissement de l'utérus exerce une pression de plus en plus forte sur les organes internes, ce qui entraîne souvent de la constipation, des brûlures d'estomac et des mictions fréquentes. Il existe également des sensations désagréables fréquentes à la 30e semaine de grossesse, telles que des étourdissements dus à la pression de l'utérus sur la poitrine et les poumons, des ballonnements et des nausées, des insomnies.

Mais cet inconfort est entièrement compensé par les sensations joyeuses à la 30e semaine de grossesse - le sentiment qu'une nouvelle vie se développe à l'intérieur de la femme, les sensations des mouvements du bébé. Et ces mouvements, en raison de l'espace limité dans le ventre de la mère, acquièrent un caractère légèrement différent. Donc, si avant le bébé bougeait librement et poussait des parois de l'utérus, maintenant il y pousse de plus en plus avec ses coudes, ses genoux et ses jambes.

Il est conseillé de contrôler les mouvements du bébé - un changement d'intensité, une augmentation ou une diminution, peut être le symptôme de certains «problèmes» chez le bébé. Par exemple, des lumières vives ou des sons forts que votre bébé capte déjà les font bouger plus vite. Le manque d'oxygène affecte également. La décoloration des mouvements du bébé peut également indiquer des phénomènes alarmants, il est donc conseillé de compter le nombre de chocs de manière responsable. Normalement, en une heure, une femme ressent environ 6 mouvements fœtaux pendant la journée - au moins 24.

Malheureusement, pendant cette période, certaines sensations douloureuses qu'une femme éprouve en relation avec des changements physiologiques ne sont pas rares. Les douleurs fréquentes à 30 semaines de gestation sont des douleurs au dos et au bas du dos, qui surviennent à la suite d'un abdomen toujours croissant, d'un ramollissement des ligaments et des articulations et d'un déplacement du centre de gravité. Vous pouvez réduire ou, idéalement, éviter leur apparence en maintenant la bonne posture, en faisant de l'exercice, en soulageant régulièrement la colonne vertébrale et en vous reposant suffisamment.

Des douleurs abdominales à 30 semaines de gestation peuvent survenir pour de nombreuses raisons. Par exemple, les douleurs abdominales peuvent être le résultat d'une mauvaise alimentation. À cet égard, il est recommandé pendant la grossesse d'exclure les aliments qui provoquent une augmentation de la formation de gaz et des ballonnements, tels que les légumineuses, le chou, les raisins, les bonbons. Une autre cause de douleur abdominale peut être le même étirement des ligaments de soutien, et à cela - et des contractions périodiques de l'utérus.

Les maux de tête à 30 semaines de gestation peuvent également rendre votre mère mal à l'aise. Ceci, encore une fois, est une conséquence de changements majeurs dans le corps de la femme. Il ne faut pas oublier qu'il est fortement déconseillé de prendre des médicaments pendant la grossesse et qu'il vaut mieux simplement «ne pas laisser les maux de tête entrer dans la vie» en dormant suffisamment et en marchant suffisamment à l'air frais. Lorsque des maux de tête apparaissent, les médecins conseillent de s'allonger dans une pièce sombre, fraîche et bien ventilée et d'essayer de se détendre. Des compresses fraîches ou un léger massage apaisant de la tête vous aideront également..

L'œdème est souvent un phénomène désagréable au troisième trimestre de la grossesse. De plus, le plus souvent, l'œdème survient juste à la 30e semaine de grossesse, devenant une conséquence d'une augmentation du liquide dans le corps. Pour éviter le développement d'un œdème, certaines mesures devront être prises - pour limiter la consommation de sel, ainsi que la quantité de liquide consommée à 1,5 litre par jour; exclure du régime les aliments qui retiennent les liquides dans le corps (aliments gras et épicés, cornichons et cornichons, eau douce et gazeuse). Il est également utile de lever les jambes vers une colline, en prenant une position horizontale, pour abandonner les anneaux qui resserrent les jambes des collants, des chaussures étroites. Il est conseillé de ne pas rester debout pendant longtemps, de ne pas marcher en continu pendant plusieurs heures. Si l'œdème dure plus d'un jour, vous devez absolument consulter un médecin à ce sujet, car l'œdème, entre autres, peut être le symptôme d'une complication grave de la grossesse - la gestose.

Le poids doit continuer à être surveillé plus avant - en général, l'augmentation à la semaine 30 devrait être d'environ 10 à 11 kg. Le poids à 30 semaines de grossesse a naturellement déjà augmenté de manière significative, dont la moitié provient de l'utérus, du placenta et du liquide amniotique. Sur toute la grossesse, idéalement, il faut ajouter 16 à 17 kg, le dépassement du poids indiqué peut compliquer considérablement le déroulement de la grossesse et le processus de l'accouchement. Et par conséquent, maintenant, comme avant, le poids doit être contrôlé, entre autres, en adhérant à un régime alimentaire rationnel.

Nutrition

La nutrition à 30 semaines de gestation, bien sûr, doit être complète, saine et équilibrée. Nécessairement - riche en vitamines, contenant les protéines nécessaires et les glucides complexes dans les bonnes quantités. Parmi les produits, la viande maigre, le poisson et les fruits de mer, le lait et les produits laitiers, y compris le fromage cottage, les légumes, les fruits et les baies et les céréales sont préférés. Mais il est conseillé de refuser les bonbons, les confiseries, les produits à base de farine blanche - ils contribuent à une augmentation de la glycémie. Ainsi que des légumineuses, du raisin, du chou, du pain frais, car ces produits provoquent la formation de gaz.

Il faut également faire attention à la qualité des aliments: ils doivent être bien cuits, et en aucun cas même à moitié cuits. L'eau et le lait doivent être bouillis, les fruits et légumes doivent être bien lavés avant utilisation, la viande avec du sang et le poisson cru (par exemple, sous forme de sushi) doivent être jetés. Le régime de restriction doit également être pris en compte en ce qui concerne les aliments ayant des propriétés allergènes - chocolat, miel, œufs, caviar, fruits rouges et oranges et baies..

Allocations

La décharge à 30 semaines de gestation peut être un peu plus abondante, avoir une teinte laiteuse, une consistance uniforme et une odeur légèrement aigre. Un changement de couleur de l'écoulement vers le vert, le jaune, le gris, l'écoulement est caillé ou avec des caillots de mucus, du pus dedans, devient une occasion de référence urgente à un spécialiste: un tel écoulement à 30 semaines de gestation indique l'apparition d'une infection.

Il est urgent d'appeler une ambulance si la sortie apparaît à 30 semaines avec l'ajout de sang. Il peut s'agir d'une légère décharge brune ou d'un léger saignement du vagin - une intervention médicale urgente est nécessaire dès que possible. Le fait est que l'apparition de tels symptômes indique un problème du placenta: des taches indiquent sa présentation ou son détachement, et dans ce cas, il est impossible de se passer d'une aide spécialisée.

En outre, un besoin urgent de consulter un médecin en cas de décharge aqueuse apparaît, qui est très probablement une fuite de liquide amniotique. Le liquide amniotique peut fuir même en petites quantités, en petites portions, et devient une preuve d'épuisement des membranes.

Sexe à 30 semaines de grossesse

Plus la fin de la grossesse est proche, plus l'énergie sexuelle de la mère est susceptible de diminuer. Et pourtant, si soudainement des relations sexuelles à la 30e semaine de grossesse sont nécessaires et qu'aucune contre-indication médicale concernant la vie intime n'a été annoncée, l'intimité physique à ce moment n'est pas interdite. Mais le sexe à la 30e semaine de grossesse doit se faire selon le principe "vous pouvez, mais avec précaution": doucement, lentement et "sans fanatisme".

Il ne faut pas être zélé, ne serait-ce que parce que le fœtus dans la présentation céphalique pourrait bien prendre la présentation du siège. Cependant, sous réserve de prudence, en l'absence de contre-indications du médecin, des relations sexuelles à 30 semaines de gestation sont tout à fait possibles..