Tout problème de santé de la femme enceinte affecte négativement le corps de l'enfant qui se développe dans son ventre. La gonorrhée et les autres infections sexuellement transmissibles ne font pas exception dans leur effet sur le déroulement de la grossesse. C'est pourquoi l'examen des agents pathogènes des maladies vénériennes et leur élimination en temps opportun sont un point important pour les parents qui planifient et attendent déjà un bébé..

Comment pouvez-vous être infecté

La gonorrhée (également appelée gonorrhée) fait partie des maladies sexuellement transmissibles classiques, car la principale voie de transmission est reconnue comme sexuelle. L'agent causal de l'infection est une paire de diplocoques de la famille Neiseria gonorheae (gonocoques). Parmi la localisation prédominante du processus inflammatoire, on distingue l'urètre, le col de l'utérus, le rectum, le pharynx et les yeux. Le plus souvent, la maladie se poursuit avec le développement de l'urétrite gonococcique, de la cervicite, de la proctite, de la pharyngite, de la conjonctivite. Une forme spéciale de lésion des yeux des nouveau-nés infectés par des gonocoques est appelée blénorrhée.

Le plus souvent, la gonorrhée chez la femme enceinte se développe à la suite de rapports sexuels non protégés avec une personne malade. Les contacts vaginaux et anaux traditionnels sont les plus dangereux en termes d'infection. Il est possible d'être infecté par le sexe oral, mais le risque reste faible.

Les femmes sont plus à risque d'entrer dans le corps avec des agents pathogènes de la gonorrhée que les hommes. En fait, même un seul contact sexuel avec une personne malade entraîne une infection dans 80 à 85% des cas..

Remarque! La transmission de l'agent pathogène est également dangereuse lors des caresses - contact des organes génitaux sans pénétration directe du pénis dans le vagin.

Outre la transmission sexuelle, la transmission verticale de l'infection d'une mère malade à un enfant est répandue. Le plus souvent, l'infection survient lors de l'expulsion de la tête du nouveau-né par le canal génital d'une femme.

Manifestations cliniques

Malgré les mesures préventives largement utilisées, la gonorrhée pendant la grossesse est assez courante. En moyenne, du moment de l'infection à l'apparition des premiers signes de maladies, cela prend de 5 à 10 jours.

L'exposition à des bactéries pathogènes sur le corps entraîne les symptômes suivants:

  • augmentation des pertes vaginales (ont une couleur blanc jaunâtre et une odeur désagréable);
  • coupure de la douleur lors de la miction;
  • douleur dans le bas-ventre;
  • saignement intermenstruel possible.

La gonorrhée pendant la grossesse peut provoquer une inflammation des grosses glandes vaginales vestibulaires - bartholinite. Avec cette maladie, une formation douloureuse d'un diamètre allant jusqu'à 4-5 centimètres apparaît près des lèvres. L'état général d'une femme s'aggrave, des signes d'intoxication apparaissent.

La pénétration d'agents pathogènes dans la cavité utérine chez les femmes enceintes n'est pas courante. Elle s'accompagne d'une douleur accrue dans le bas de l'abdomen, d'une dysménorrhée. Les pertes vaginales deviennent plus abondantes, deviennent mucopurulentes ou sanglantes. Encore moins souvent, une salpingo-oophorite gonorrhée se développe, accompagnée de douleurs abdominales intenses, de fièvre jusqu'à 39-40 ° C, de tachycardie et d'une diminution de la pression artérielle. L'agent causal provoque une inflammation purulente des ovaires et des trompes de Fallope, qui entraîne le développement de l'infertilité. Sans traitement rapide, l'infection gonococcique provoque une septicémie avec de multiples lésions organiques.

La proctite gonococcique (inflammation du rectum) est asymptomatique. Moins fréquemment, une femme se plaint d'inconfort, de douleur lors des selles, de démangeaisons et d'écoulement de l'anus. Avec la pharyngite gonococcique, le mal de gorge, la toux inappropriée à long terme attirent l'attention.

L'évolution de la gonorrhée pendant la grossesse peut être sans symptômes cliniques vifs. De plus, même les signes évidents d'infection ne sont pas toujours considérés comme des manifestations de MST: un écoulement chez une femme enceinte est souvent associé à une candidose (muguet) et des crampes lors de la miction avec une cystite.

Effets de l'infection sur la grossesse et l'accouchement

Quel est le lien entre la grossesse et la gonorrhée? Quel est l'effet de l'infection sur le fœtus et ses conséquences négatives pour le corps de la future mère et de l'enfant? Et comment prévenir les problèmes de santé potentiels?

Lire aussi sur le sujet

La gonorrhée pendant la grossesse peut être dangereuse: c'est un fait. Comment la maladie affectera le travail du système reproducteur de la femme et le développement intra-utérin de l'enfant dépend, tout d'abord, de la période de limitation de l'infection.

Comment est la gonorrhée chez les femmes enceintes

Il n'y a pas de différences marquées entre l'évolution de la gonorrhée chez les femmes enceintes et non enceintes: la maladie se développe généralement selon le scénario classique. Les femmes enceintes sont plus susceptibles de faire face à des formes d'infection asymptomatiques et effacées, qui sont dangereuses pour la femme et l'enfant. De plus, en raison du réarrangement fonctionnel des cellules vaginales pendant la grossesse, le risque de développer une vaginite gonorrhée est plus élevé. Elle s'accompagne de brûlures, de démangeaisons, d'écoulement mucopurulent ou purulent abondant du tractus génital..

Remarque! La gonorrhée chez la femme peut être compliquée par l'infertilité: souvent, la grossesse ne se produit pas du tout.

Comment fonctionne l'infection chez un bébé

La femme enceinte, confrontée à la gonorrhée, doit savoir que l'infection ne provoque pas de malformations congénitales et d'anomalies du développement de l'enfant. Dans le même temps, l'infection lors du port d'un bébé peut avoir un effet négatif sur le fœtus et le déroulement de la grossesse..

La pénétration d'agents infectieux dans le corps d'une femme au cours de la première moitié de la grossesse s'accompagne souvent d'une inflammation des parois de l'utérus. L'endométrite gonococcique est l'une des causes de l'avortement spontané (fausse couche) au cours des 8 à 10 premières semaines de grossesse: le fœtus ne peut pas être implanté dans l'endomètre œdémateux lâche et est rejeté par l'utérus, perturbant le système reproducteur de la femme. En cas d'infection au cours du premier trimestre, il est également possible de former une grossesse gelée, nécessitant un diagnostic et un traitement rapides..

L'infection d'une femme enceinte au deuxième ou au troisième trimestre de la grossesse a également ses conséquences négatives. Habituellement, les gonocoques ne peuvent pas pénétrer dans la cavité utérine en raison de l'effet protecteur de la barrière hématoplacentaire et des membranes fœtales. Cependant, avec une immunité réduite de la mère, le fœtus est exposé à une infection intra-utérine avec le développement d'une chorioamnionite ou d'une septicémie gonococcique du nouveau-né. Ces pathologies s'accompagnent d'une augmentation brutale et, en règle générale, soudaine de la température corporelle d'une femme enceinte, tachycardie.

De plus, le gonocoque peut provoquer une insuffisance placentaire, dans laquelle le fœtus manque d'oxygène et de nutriments, prend mal du poids.

Mais généralement, l'infection d'un bébé par une mère malade survient précisément pendant l'accouchement. De plus, le plus souvent, il s'accompagne du développement de la gonoblénorrhée (lésions inflammatoires des yeux). Chez les filles, une gonorrhée concomitante des organes génitaux est possible. Blenorrhea (traduction littérale du grec - écoulement de mucus) - inflammation purulente de la conjonctive (couche muqueuse du globe oculaire). Causé par la flore gonococcique. Peut conduire à la cécité.

Les premiers signes de la maladie deviennent perceptibles 2-3 jours après l'accouchement. Les paupières de l'enfant deviennent très enflées et après 48 à 72 heures, une décharge abondante de pus commence des deux yeux. Une infection sévère s'accompagne de lésions de la cornée avec formation d'une leucorrhée - une tache fibreuse blanche qui empêche la lumière de pénétrer dans la rétine.

Remarque! Dans la période post-partum, les femmes atteintes de gonorrhée développent souvent des lésions inflammatoires graves de l'utérus..

Diagnostic de l'infection gonococcique

Selon les dossiers médicaux, des recherches sur la gonorrhée sont effectuées:

  • femmes présentant des manifestations d'urétrite, de cervicite, d'annexite;
  • les femmes qui confirment un contact sexuel non protégé avec un patient atteint de gonorrhée;
  • toute personne ayant un diagnostic complet d'IST;
  • les femmes enceintes lors de l'inscription;
  • les femmes se préparant à interrompre leur grossesse;
  • nouveau-nés présentant des signes de conjonctivite purulente (si une gonorrhée est détectée, les parents sont soumis à un examen obligatoire).

Dans le diagnostic de la maladie, une place importante est accordée aux plaintes d'une femme enceinte (dans le sujet de la conversation, le médecin fait attention à un changement de la nature des pertes vaginales, des crampes lors de la miction, des douleurs abdominales), des données d'un examen gynécologique (hyperémie de la membrane muqueuse autour de l'ouverture de l'urètre, érosion cervicale, écoulement purulent du canal cervical) ).

Lire aussi sur le sujet

Pendant ce temps, il est impossible de confirmer le diagnostic de la maladie uniquement sur la base du tableau clinique. Le plan d'examen de laboratoire pour la gonorrhée présumée comprend:

  • La méthode de culture (bactériologie) est la méthode de diagnostic de référence. Il consiste à semer du matériel biologique (séparé de l'urètre, du vagin, du canal cervical) sur des milieux nutritifs avec la détermination du pathogène et sa sensibilité aux antibiotiques. Permet de détecter l'infection gonococcique dans 95% des cas, mais prend du temps (7 à 10 jours).
  • La microscopie d'un frottis de l'urètre ou du canal cervical est un test simple et rapide utilisé pour le diagnostic préliminaire de la gonorrhée. Son efficacité dépend des qualifications de l'assistant de laboratoire et est de 60 à 75%.
  • La PCR est une méthode de diagnostic efficace basée sur l'identification de l'ADN de l'agent pathogène dans le corps d'une femme. Peut donner des résultats faussement positifs et nécessite une nouvelle vérification obligatoire par la méthode de culture.
  • Le test ELISA est une méthode moins courante pour détecter des anticorps spécifiques aux gonocoques. Non utilisé dans tous les laboratoires.

En plus du pus de l'urètre et du canal cervical, ainsi que du sang veineux, les écoulements du rectum, du pharynx, de la conjonctive et, moins souvent, du liquide synovial peuvent servir de matériel pour la recherche en laboratoire..

Principes de traitement et de prévention des complications

Comment traiter l'infection gonorrhée chez la femme enceinte? Deux médecins devraient participer au traitement de la maladie chez la femme enceinte - un dermatovénérologue et un obstétricien-gynécologue. Étant donné que la pathologie présente un danger pour le déroulement de la grossesse, il est préférable d'effectuer un traitement dans un hôpital.

La thérapie étiotropique comprend la nomination d'agents antimicrobiens. Le choix du médicament est effectué par le médecin individuellement, en fonction des résultats du test de sensibilité.

Les médicaments de premier choix sont les antibiotiques pénicilline - Ampicilline, Benzylpéricilline, Amoxiclav. Malgré la popularité et la sécurité d'utilisation prouvées pendant la grossesse, l'efficacité des fonds est faible: chaque année, le nombre de bactéries résistantes aux pénicillines augmente. Un autre point négatif est le risque élevé d'effets secondaires et de réactions allergiques..

En cas d'inefficacité ou d'intolérance d'une patiente enceinte aux antibiotiques pénicillines, il est possible d'utiliser des céphalosporines (Cephalexin, Ceftriaxone). Dans le cas d'une association de gonorrhée avec infections associées (mycoplasmose, chlamydia), des médicaments du groupe des macrolides (érythromycine) autorisés en attendant le bébé sont utilisés. Les agents antimicrobiens doivent également être pris par le mari d'une femme enceinte, que l'agent causal de la gonorrhée se trouve ou non en lui.

Remarque! Les antibiotiques populaires et très efficaces du groupe des fluoroquinolones (Ofloxacine, Lévofloxacine), des sulfamides (Biseptol) et des tétracyclines (Tétracycline) dans le traitement de la gonorrhée chez la femme enceinte sont strictement contre-indiqués.

Parallèlement à une antibiothérapie, une femme se voit prescrire des médicaments qui améliorent le flux sanguin placentaire (Curantil, Trental), des immunomodulateurs, des agents fortifiants et symptomatiques. La première évaluation de l'efficacité du traitement est effectuée après 7 à 10 jours de traitement. Ensuite, l'étude de culture est répétée trois fois de plus par mois. Dans la plupart des cas, le traitement réussit et le patient est considéré comme complètement rétabli..

La prévention de la blennorrhée néonatale en Fédération de Russie est effectuée pour tous les enfants. Même dans la salle d'accouchement, le bébé est essuyé avec un tampon stérile et une solution de sulfacile de sodium à 20% (Albucid) est instillée dans les yeux. Les filles sont également traitées avec un traitement de la vulve. Après 120 minutes, la procédure est répétée.

La gonorrhée est une infection grave aux conséquences graves pour la santé. La généralisation d'un processus pathologique spécifique pour les femmes enceintes est considérée comme particulièrement dangereuse. Dans le même temps, un diagnostic précoce et un traitement rapide de la maladie aident à éviter de graves complications..

Gonorrhée et grossesse

La gonorrhée est l'une des infections sexuellement transmissibles les plus graves. Une maladie qui ne guérit pas à temps peut se propager dans la cavité utérine et provoquer une infection du fœtus. Comment la gonorrhée se manifeste-t-elle chez la femme enceinte?

Causes de la gonorrhée

L'agent causal de la maladie est le gonocoque (Neisseria gonorrhoeae). Ce microorganisme préfère se fixer sur les muqueuses du système génito-urinaire, du rectum et de la cavité buccale. Tout d'abord, chez la femme enceinte, le gonocoque affecte le canal cervical, passant ensuite aux trompes de Fallope et aux ovaires. Chez les nouveau-nés, la gonorrhée provoque souvent une conjonctivite (lésion de la membrane muqueuse des yeux).

La maladie est transmise sexuellement et par contact familial. Le refus d'utiliser des préservatifs, les relations sexuelles occasionnelles, une mauvaise hygiène personnelle sont les principaux facteurs contribuant au développement de la gonorrhée. Ces dernières années, il y a eu une légère diminution de l'incidence dans tout le pays..

Les symptômes de la gonorrhée chez les femmes enceintes

Le processus infectieux se développe après 3 à 14 jours à compter du moment de l'infection. Dans la plupart des cas, la maladie commence de manière aiguë et s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle et d'autres signes d'intoxication. Peut-être une évolution chronique récurrente, dans laquelle toutes les manifestations cliniques de l'infection seront floues.

Chez les femmes, la gonorrhée provoque les maladies des voies génitales suivantes:

  • urétrite (inflammation de l'urètre);
  • cervicite (lésion du canal cervical);
  • proctite (inflammation du rectum);
  • endométrite (infection de la couche interne de l'utérus);
  • salpingo-oophorite (lésions des trompes de Fallope et des ovaires).

Les signes de gonorrhée chez les femmes enceintes n'ont pas de traits distinctifs. La maladie se déroule de la même manière que chez les femmes qui n'attendent pas d'enfant. Dans le contexte d'une diminution de l'immunité pendant la grossesse, des dommages simultanés par plusieurs agents infectieux sont possibles.

  • écoulement épais et crémeux copieux du tractus génital;
  • démangeaisons et brûlures dans le vagin;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • inconfort lors de la miction;
  • douleur dans la région rectale (avec proctite).

Pendant la grossesse, la gonorrhée est souvent asymptomatique. Avec l'ajout d'autres infections, le diagnostic de la pathologie devient beaucoup plus difficile, car les symptômes cliniques typiques de la maladie disparaissent. Cet alignement complique le traitement des femmes enceintes et conduit souvent au développement de complications graves..

Conséquences de la gonorrhée pour les femmes enceintes

Au cours du premier trimestre de la grossesse, la maladie peut survenir sous forme d'endométrite et de salpingo-oophorite. Dans ce cas, la couche interne de l'utérus, les trompes de Fallope et les ovaires sont endommagées. Sur fond d'infection, une fausse couche spontanée est possible, souvent compliquée par une intoxication sévère.

La gonorrhée elle-même peut provoquer l'infertilité. Avec l'inflammation des trompes de Fallope, des adhérences se forment dans leur lumière, empêchant le passage du sperme vers l'ovule. En cas de tentatives infructueuses prolongées pour avoir un enfant, un couple devrait absolument subir un test de dépistage de l'infection gonococcique.

Les conséquences de la gonorrhée pour le fœtus

Une infection fœtale peut survenir pendant la grossesse et pendant l'accouchement. Dans les premiers stades de la grossesse, l'infection de l'utérus peut provoquer une fausse couche spontanée ou la formation de malformations graves. Mais même un déroulement réussi du premier trimestre de la grossesse ne garantit pas l'absence de problèmes à une date ultérieure..

Dans la seconde moitié de la grossesse, l'infection peut pénétrer dans les membranes avec le développement d'une chorionamnionite. Souvent, la gonorrhée est compliquée par la formation d'une insuffisance placentaire et une hypoxie fœtale ultérieure. Au troisième trimestre, des polyhydramnios peuvent se développer..

L'infection gonococcique après 30 semaines menace de rupture prématurée du liquide amniotique. Cette situation peut entraîner une infection de l'enfant par des gonocoques. Peut-être la naissance d'un bébé plus tôt que prévu. Tous les bébés prématurés sont transférés dans un service spécialisé pour continuer à allaiter.

Un bébé peut également être infecté lors de l'accouchement. À la naissance, le bébé s'accroche à tous les gonocoques qui vivent dans le tractus génital féminin. La conjonctivite et la septicémie peuvent se développer chez les enfants nés de mères atteintes de gonorrhée.

Diagnostique

Pour identifier l'agent pathogène, un grattage est prélevé sur la membrane muqueuse du tractus génital de la femme. Cette procédure est totalement sûre et n'a aucune conséquence pour le fœtus. Le matériel résultant est examiné au microscope et également semé sur des milieux nutritifs spéciaux. Toutes les femmes enceintes doivent subir un test de sensibilité des gonocoques aux antibiotiques.

Ces dernières années, la méthode PCR (réaction en chaîne par polymérase) a été activement utilisée pour diagnostiquer la gonorrhée. Cette méthode permet de connaître uniquement le fait même de la présence de gonocoques, mais pas leur nombre. Étant donné que les gonocoques sur la membrane muqueuse du tractus génital ne doivent pas être normaux, la méthode PCR est suffisante pour établir un diagnostic précis..

Traitement antibiotique de la gonorrhée pendant la grossesse

Dans la plupart des cas, le traitement de l'infection gonococcique chez les femmes enceintes est effectué sur rendez-vous chez un gynécologue. Une hospitalisation à l'hôpital peut être nécessaire en cas d'intoxication sévère ou en cas de menace d'interruption de grossesse. Dans cette situation, il est nécessaire de traiter non seulement la maladie sous-jacente, mais également ses complications..

Un traitement antibiotique pour l'infection gonococcique est prescrit à tout stade de la grossesse. Pour le traitement, des antibiotiques du groupe des céphalosporines (ceftriaxone, céfikime, céfotaxime) sont utilisés. Le médicament est injecté une fois par voie intramusculaire. Pour l'allergie aux céphalosporines, l'érythromycine et d'autres agents du groupe des macrolides sont utilisés.

Un traitement suffit pour soulager une femme enceinte des manifestations de la gonorrhée. Dans de rares cas, la réutilisation des antibiotiques peut être nécessaire. Dans le même temps, un autre médicament est sélectionné, pour lequel les bactéries n'ont pas encore développé de résistance.

La gonorrhée peut-elle être guérie sans antibiotiques? Beaucoup de femmes enceintes, craignant pour leur bébé, posent cette question. Il existe une opinion selon laquelle tous les médicaments antibactériens pendant la grossesse sont nocifs pour le fœtus. Ce n'est pas du tout le cas et de nombreux médicaments sont approuvés pour une utilisation chez les femmes enceintes. Les céphalosporines et les macrolides ont fait l'objet d'essais cliniques, où leur innocuité relative pour le bébé dans l'utérus a été prouvée. Le refus d'un traitement antibiotique peut aggraver considérablement l'état de santé d'une femme et entraîner des conséquences irréversibles jusqu'à l'interruption de grossesse.

Autres traitements de la gonorrhée

Lorsqu'une infection gonococcique est associée à d'autres maladies du tractus génital, des préparations topiques sont prescrites. Au cours du premier trimestre, divers antiseptiques sont utilisés pour réduire les écoulements et soulager les démangeaisons (Hexicon, Betadin, Fluomizin et autres). Ils ont un large spectre d'action et améliorent considérablement l'état de la femme enceinte dans les 48 heures..

Dans la seconde moitié de la grossesse, des médicaments plus puissants sont liés au traitement. "Terzhinan", "Macmiror", "KlionD" et d'autres suppositoires antibactériens soulagent l'inflammation dans le tractus génital et éliminent les symptômes de l'infection. La durée du traitement avec des recours locaux est de 7 à 10 jours.

Pour stimuler l'immunité générale après 16 semaines, les gynécologues recommandent de suivre un cours d'immunomodulateurs. Le meilleur médicament pour les femmes enceintes est Viferon. L'agent est injecté dans le rectum, d'où il est transporté dans tout le corps avec la circulation sanguine. "Viferon" augmente les défenses de l'organisme et lui donne la possibilité de lutter efficacement contre une infection dangereuse.

Avec le développement de complications dans le contexte de la gonorrhée, une femme enceinte est hospitalisée dans un hôpital. Avec la menace d'une fausse couche, un traitement conservateur est effectué, qui consiste à utiliser des médicaments qui réduisent le tonus de l'utérus. L'insuffisance placentaire formée est traitée avec des médicaments qui améliorent la circulation sanguine dans l'utérus et le cordon ombilical du fœtus.

Non seulement une femme enceinte, mais aussi son partenaire doivent suivre le traitement complet de la gonorrhée. Sinon, la thérapie n'a pas de sens, car après un certain temps, une réinfection se produira. Les hommes sont traités par un urologue ou un andrologue.

Accouchement avec gonorrhée

Une infection gonococcique transmise pendant la grossesse n'est pas un motif de césarienne. Dans la plupart des cas, les femmes accouchent seules, sauf s'il existe d'autres indications pour la chirurgie. Un obstétricien peut suggérer une césarienne si le fœtus infecté est gravement malade ou si le liquide amniotique est déchargé prématurément.

La question d'une opération peut également se poser si le début de la gonorrhée est survenu juste au moment de l'accouchement. Dans ce cas, la probabilité d'infection du fœtus lors du passage dans le canal génital de la mère augmente plusieurs fois. De plus, en cas d'intoxication grave du corps, l'accouchement peut ne pas se dérouler très bien. Dans ce cas, la méthode d'accouchement dépendra en grande partie de l'état de la femme et de la gravité des manifestations cliniques de la maladie..

Pour la prévention de la gonorrhée, les gynécologues recommandent de s'abstenir de tout rapport sexuel occasionnel et de ne pas oublier les mesures de protection contre les infections sexuellement transmissibles. L'utilisation d'un préservatif réduit considérablement le risque de contracter la gonorrhée chez la femme enceinte et empêche donc son bébé de s'infecter. Le respect de ces recommandations évitera la survenue de la gonorrhée et toutes les complications associées à cette maladie dangereuse..

La gonorrhée est-elle dangereuse pendant la grossesse: symptômes et traitement

La gonorrhée est une maladie vénérienne causée par un gonocoque, qui a la forme d'un grain de café. Cette bactérie vit dans l'épithélium muqueux des organes urogénitaux, dans la cavité buccale, sur les membranes oculaires et dans le rectum..

La détection de cette maladie en portant un enfant fait peur aux femmes enceintes, car les conséquences peuvent être assez graves. Mais tout d'abord, cela dépend du stade de la grossesse auquel la femme a contracté la gonorrhée..

Symptômes et formes de la maladie

La particularité de cette maladie est qu'elle affecte presque tous les organes reproducteurs à des degrés divers et, avec un développement prolongé dans le corps, elle se propage à d'autres systèmes, pénétrant dans les structures urinaires, dans les intestins, l'épithélium du larynx, etc..

Selon la classification internationale des maladies, la maladie est classée dans la rubrique A54 comme gonorrhée entraînant des complications de la grossesse, de l'accouchement ou de la période post-partum (O98.2).

Le danger de la gonorrhée réside dans le fait que le tableau clinique général ressemble souvent à une exacerbation de l'inflammation urologique, qui se produit souvent pendant la grossesse. Une femme peut décider qu'elle est capable de faire face à ce problème par elle-même. Mais la grossesse n'est pas le bon moment pour expérimenter la santé, par conséquent, dès les premiers symptômes, une visite urgente chez un médecin est nécessaire.

Les symptômes dépendent directement de la forme de la maladie:

  • primaire (aiguë), qui apparaît pour la première fois après l'infection;
  • chronique (à long terme);
  • latent (caché).

Forme primaire

Après la fin de la période d'incubation, qui dure jusqu'à plusieurs semaines, les premiers symptômes commencent à apparaître chez la femme enceinte:

  • maux de tête sévères;
  • brûlure et démangeaisons des organes génitaux externes;
  • augmentation de la température à 38,0-38,5 ° С;
  • douleur dans le bas de l'abdomen, qui devient plus intense pendant et après les rapports sexuels;
  • léger saignement après un rapport sexuel;
  • coupures aiguës et douleur avec écoulement d'urine;
  • écoulement purulent avec une odeur désagréable.

Une infection lors de relations sexuelles anales endommage le rectum. Ensuite, les actes de défécation deviennent douloureux, des saignements hémorroïdaires sont possibles.

Si une femme enceinte est infectée par contact oral, un processus inflammatoire se produit dans la gorge et la bouche. Cela s'accompagne de sensations douloureuses lors de la déglutition de la nourriture ou lors de la respiration intensive.

Parfois, l'agent pathogène pénètre dans les yeux, ce qui provoque le développement rapide de l'infection. Les yeux commencent à démanger fortement, brûlent, des crampes apparaissent, la membrane muqueuse devient enflammée et, dans le cours aigu, du mucus purulent est libéré.

Tous ces symptômes augmentent et s'intensifient au cours de deux semaines, après quoi ils commencent à s'estomper, provoquant l'illusion que la maladie disparaît, alors qu'elle devient chronique..

Chez certaines femmes, la gonorrhée ne provoque pas de symptômes aussi graves et disparaît subaiguë. Dans ce cas, toutes les manifestations sont réduites à des démangeaisons des organes génitaux, un écoulement purulent mineur et une gêne dans le bas de l'abdomen.

Forme chronique

Les symptômes dans ce cas sont de nature ondulée: parfois les manifestations de la maladie sont perceptibles, et parfois elles sont complètement absentes. Malgré le fait que les symptômes de cette forme disparaissent beaucoup plus facilement, les conséquences sont généralement plus graves et ne concernent pas seulement le système génito-urinaire.

Dans une évolution chronique chez la femme enceinte, les gonocoques se développent activement sur l'épithélium vaginal, ce qui entraîne une inflammation de la gonorrhée. Cela est dû à des changements hormonaux dans le tissu muqueux intravaginal, qui sont observés pendant la période de gestation. L'inflammation intravaginale provoque des démangeaisons sévères, des brûlures et une leucorrhée abondante. L'état du patient est très similaire aux manifestations de la candidose, mais les médicaments antimycosiques sont inefficaces dans la lutte contre les symptômes.

Le développement de l'agent pathogène sur l'épithélium vaginal peut provoquer une érosion dans la région cervicale, qui sera remarquée par un spécialiste lors d'un examen de routine d'une femme enceinte. Le long cours de la pathologie peut également entraîner des formations adhésives dans la cavité des trompes de Fallope, ce qui les rendra infranchissables et sera un problème pour les prochaines grossesses.

Forme latente

Cette forme est la plus courante parmi les cas de gonorrhée pendant la grossesse. Elle se manifeste chez près de 70% des femmes malades..

Avec une évolution latente, les symptômes sont complètement absents, malgré le fait que la femme enceinte est porteuse de la maladie et peut infecter le partenaire sexuel. La plus grande difficulté réside dans le fait qu'avec une forme latente de gonocoque dans le frottis, il n'est pas possible de la détecter, donc la femme sert de source d'infection sans même le savoir..

Risques pour le fœtus et la mère

La gonorrhée ne provoque pas de déformations ou d'anomalies dans le développement du fœtus, mais elle peut affecter le déroulement de la grossesse elle-même. Plus dangereux si l'infection survient au cours du premier trimestre.

Les conséquences d'une forme chronique peuvent être les suivantes:

  • grossesse extra-utérine;
  • avortement spontané;
  • rejet précoce des eaux intra-utérines;
  • naissance prématurée et prématurité profonde.

Le développement de gonocoques dans le liquide amniotique ou dans les membranes amniotiques peut provoquer une insuffisance placentaire, ce qui nuit à l'état de la femme enceinte et du fœtus.

Si le traitement n'est pas effectué, la maladie peut entraîner les conséquences suivantes pour une femme:

  • l'endométrite;
  • salpingite;
  • incapacité de tomber enceinte et de porter un enfant;
  • Syndrome de Reiter (présence simultanée de conjonctivite aiguë, d'arthrite et d'urétrite).

Il est également dangereux d'infecter un enfant pendant l'accouchement, car cela peut provoquer de telles pathologies:

  • septicémie (empoisonnement du sang) pendant la période néonatale;
  • infections articulaires;
  • maladies de la peau (le plus souvent sur le cuir chevelu);
  • conjonctivite;
  • méningite.

Toutes ces complications chez un enfant se développent si la maladie n'a pas été traitée. Avec un traitement rapide, le pronostic est généralement positif, le soulagement est rapide et il n'y a pas de conséquences négatives.

Diagnostic de la gonorrhée pendant la grossesse

Après avoir détecté les symptômes alarmants d'une femme enceinte, vous devez contacter un gynécologue qui surveille le développement intra-utérin du bébé et l'état de la future mère. En règle générale, une femme est servie par un tel spécialiste dans une clinique prénatale.

Le patient est diagnostiqué en trois étapes:

  • interrogatoire oral (prise d'anamnèse);
  • examen d'une femme enceinte;
  • recherche instrumentale en laboratoire.

Lors d'une question orale, le médecin essaie de connaître le moment et les sources possibles de l'infection. Il est important de préciser combien de temps après l'infection présumée les premiers symptômes ont commencé à apparaître et si le partenaire sexuel a été examiné..

À la deuxième étape, un examen complet du patient est effectué:

  • exclut les manifestations cliniques d'autres maladies sexuellement transmissibles;
  • la densité et la taille de tous les groupes de ganglions lymphatiques sont évaluées, en particulier dans la région pelvienne;
  • une palpation détaillée de l'abdomen, de l'utérus, des ovaires, de la vessie et des glandes périurétales est effectuée;
  • l'urètre est examiné sur la chaise gynécologique, l'état du vagin est examiné pour l'œdème, les tumeurs, les érosions, le col de l'utérus et l'os externe sont évalués.

La liste requise des tests de laboratoire est déterminée par le médecin, en fonction des besoins. Les méthodes instrumentales de détection des gonocoques comprennent:

  • Inspection des frottis colorés au microscope. Les résultats de cette étude peuvent être obtenus très rapidement, de plus, l'analyse est effectuée dans presque tous les laboratoires, car elle ne nécessite pas d'équipement coûteux. Mais la précision de la méthode est plutôt faible, dans le meilleur des cas, elle atteint 70%, les résultats doivent donc être confirmés par d'autres analyses..
  • Analyse culturelle (permet d'identifier le pathogène et de déterminer sa sensibilité aux principaux groupes d'antibiotiques). À l'heure actuelle, cette méthode est le plus souvent utilisée pour le diagnostic de la gonorrhée, et permet d'identifier les gonocoques dans 95% des cas de pathologie. Le seul inconvénient de la méthode est que les résultats ne peuvent pas être obtenus plus d'une semaine plus tard..
  • Méthode de réaction en chaîne par polymérase (PCR). Basé sur l'isolement de l'ADN gonococcique. Il donne souvent des résultats faussement positifs, il sert donc de méthode indicative qui doit être clarifiée par une analyse culturelle.

Les gonocoques étant extrêmement instables au séchage, leur transport du lieu de prélèvement au lieu d'analyse est effectué à l'aide de moyens de transport spéciaux..

Les principaux matériaux à analyser sont les frottis des zones suivantes:

  • contenu du col de l'utérus et de l'urètre;
  • rectum;
  • épithélium muqueux du pharynx.

Moins fréquemment, les matériaux pour les analyses sont:

  • des échantillons de l'épithélium des organes pelviens, prélevés par laparoscopie;
  • liquide synovial (articulaire);
  • sang ou pus (avec auto-infection secondaire);
  • la première portion (15 ml) d'urine.

Récemment, au cours du diagnostic, ils ont commencé à utiliser le test ELISA (détermination spéciale des anticorps dans le sang), qui présente tous les avantages des autres méthodes: il est sensible et donne des résultats rapides. Mais ils le font dans des laboratoires uniques, car la technique ne s'est pas encore généralisée..

Traitement

Le gynécologue ou le vénéréologue traitent la gonorrhée.

Les femmes enceintes sont traitées quel que soit le moment de la grossesse. Ceci est nécessaire pour éviter tout impact négatif sur le développement du fœtus..

La complexité et la durée du traitement dépendent principalement de l'état d'avancement de la maladie au moment de l'initiation du traitement. Pendant le traitement, la femme enceinte est placée dans un hôpital.

Les principaux médicaments qui affectent les gonocoques sont les antibiotiques. Ils sont sélectionnés de manière à ne pas nuire ni à la femme enceinte ni au bébé. Les dérivés de la série des pénicillines sont à juste titre considérés comme les plus sûrs: Flemoxin, Augmentin, Benzylpenicillin, etc. Dans de tels cas, des antibiotiques de céphalosporine sont prescrits: céphalexine ou ceftriaxone.

Dans le cas où d'autres IST sont également traitées par la gonorrhée, prescrire de l'érythromycine, de la rovamycine, etc..

Le cours complet de l'antibiothérapie dure une semaine et demie.

Pour renforcer les forces immunitaires de l'organisme, des immunomodulateurs sont forcément prescrits: Beresh Plus, Limontar, Viferon, Magne B6, etc..

Pour maintenir et renforcer le placenta, Trental, Actovegin, Curantil et autres sont prescrits..

Si l'évolution de la maladie était compliquée, le traitement peut durer jusqu'à 4 semaines. Après avoir terminé le cours, une semaine plus tard, un examen de suivi est effectué, qui montrera si l'infection a été vaincue. Ces contrôles sont répétés 3 mois de suite.

En même temps que la femme enceinte, son partenaire sexuel doit être traité, même s'il n'a pas été diagnostiqué avec cette maladie. De plus, s'il y a des enfants dans la famille, ils doivent être examinés..

Prévention de la gonorrhée pendant la grossesse

Afin de ne pas se soucier de la santé et du développement du fœtus, il est préférable de prévenir cette maladie dangereuse. Cela nécessite:

  • la présence d'un partenaire sexuel permanent;
  • utilisation de méthodes de contraception barrières (pendant la grossesse, il est préférable de les utiliser à tous les stades);
  • tests obligatoires pour l'infection gonococcique lors de l'inscription à la grossesse et au troisième trimestre.

Le respect de ces règles aidera à éviter l'infection et, dans le cas d'une maladie existante, à la diagnostiquer et à la guérir rapidement. De plus, un diagnostic précoce sauvera une femme d'une possible infertilité et lui permettra de ressentir plus d'une fois la joie de la maternité..

Un vénéréologue parle du traitement de la gonorrhée pendant la grossesse dans cette vidéo.

Ce qui est dangereux et comment la gonorrhée est-elle traitée pendant la grossesse

La gonorrhée vénérienne (gonorrhée), qui accompagne l'humanité tout au long de son histoire, a été ces derniers temps de plus en plus floue. Jusqu'à 80% des femmes ne soupçonnent même pas qu'elles ont été infectées, et 30% de toutes les personnes infectées, ainsi que les gonocoques, reçoivent la chlamydia et / ou Trichomonas (photo ci-dessous).

Cette image statistique change quelque peu chez les femmes enceintes. La façon dont la gonorrhée se manifeste pendant la grossesse dépend du moment où l'infection est survenue - avant la conception ou pendant la gestation.


Lorsqu'elles sont infectées par des gonocoques avant la conception, de nombreuses femmes souffrent de gonorrhée chronique pendant la grossesse. Les symptômes ou non, ou ils sont minimes, ne causent pas d'inconfort et se manifestent par une petite quantité d'écoulement purulent-muqueux s'écoulant du col de l'utérus.

De plus, les symptômes flous de la gonorrhée disparaissent assez rapidement et de nombreuses femmes «oublient» d'en parler au médecin. Seulement dans 10-25%, la grossesse aggrave l'évolution de la maladie.

En cas d'infection pendant la gestation, surtout après 20 semaines, les processus inflammatoires sont forts et l'écoulement est abondant.

Risques de gonorrhée pour la future mère et l'enfant

Pendant la grossesse, la gonorrhée présente un danger pour le fœtus:

  • 10% des femmes ont une fausse couche spontanée;
  • dans 7%, quel que soit le trimestre, une fuite de liquide amniotique amniotique est enregistrée;
  • 12% ont un travail prématuré.

La menace de fausse couche est plus souvent inhérente à l'infection survenue pendant la gestation. Causes - gono-iscation et inflammation du système génito-urinaire inférieur.

Mais la grossesse avec gonorrhée chronique, lorsque l'infection survient avant la conception, se termine le plus souvent par une naissance prématurée..

Important. Le fait de ne pas traiter les maladies sexuellement transmissibles en portant un fœtus augmente les risques de mortinaissance ou de décès du bébé après la naissance.

Hélas, même une thérapie à part entière de la gonorrhée chronique, en raison du développement d'une inflammation spécifique de la surface interne de l'utérus (endométrite) et d'une violation du processus d'implantation, ne permet pas toujours de maintenir la grossesse.

Cela se produit en partie parce que le placenta est impliqué dans le processus inflammatoire, par lequel le fœtus échange du sang avec la mère, reçoit de l'oxygène et des nutriments et dégage du dioxyde de carbone et des produits métaboliques..

La gonorrhée pendant la grossesse est une infection à 100% par gonocoques du fœtus à la naissance, au moment où elle passe par le canal de naissance infecté de la mère. Le plus souvent, la conjonctive est affectée chez un nouveau-né atteint de gonocoques (photo ci-dessus).

Compte tenu de cette circonstance, si une femme ne pouvait pas être guérie au moment du début du travail, elle peut se voir proposer une césarienne.

En relation avec ce qui précède, en Fédération de Russie, le dépistage de la gonorrhée est inclus dans la liste des tests obligatoires pour les femmes enceintes. Ils le font deux fois - au 1er et au 3ème trimestres.

Dans ce cas, les femmes doivent être conscientes qu'un seul diagnostic pendant la grossesse est inefficace. Analyses: culturelles et bactérioscopiques - à prendre 2 fois, avec un intervalle de 7 à 10 jours.

Remarque. L'utilisation d'un préservatif pendant les rapports sexuels pendant la grossesse est le seul moyen de vous protéger, vous et votre enfant à naître, de la gonorrhée..

Si une gonorrhée chronique pendant la grossesse est suspectée, avant de passer les tests, il est recommandé d'effectuer une provocation - l'urètre est lubrifié avec des solutions d'AgNO3 ou de protargol et 3-4 cm du rectum sont traités avec une solution d'AgNO3 ou de Lugol. Néanmoins, selon les instructions, le médecin ne peut pas prescrire de provocation en cas de déviations évidentes au cours de la grossesse..

Caractéristiques de la gonorrhée pendant la gestation et après l'accouchement

La gonorrhée des femmes enceintes a ses propres nuances:

  • si une infection par gonocoques est détectée à un stade précoce, même avec un traitement opportun, une rechute est possible au troisième trimestre;
  • un processus inflammatoire ascendant se produit extrêmement rarement, et seulement avec une infection au premier trimestre;
  • dans le cours normal de la grossesse, la fermeture du pharynx utérin interne rend impossible l'infection du fœtus.

La gonorrhée isolée chez la femme enceinte et dans la période post-partum est rare et uniquement sous forme chronique. Dans la grande majorité des gonocoques, les membranes de l'urètre et du col de l'utérus sont touchées.

Les gonocoques sont des bactéries très «fringantes», et plus tôt que d'autres, ils pénètrent dans l'utérus et ses appendices après l'accouchement. Par conséquent, pour ceux qui ont accouché avec une gonorrhée non traitée au jour 3, des frottis du vagin, de l'urètre et du rectum sont prélevés pour analyse, et lors du réexamen au jour 7, un frottis du col de l'utérus leur est ajouté..

Attention. Les gonocoques «dormants» non reconnus sont capables d'attendre le début de la première menstruation et d'infecter la membrane muqueuse des trompes de Fallope. Une grossesse extra-utérine après la gonorrhée survient chez un quart des femmes qui accouchent avec une gonorrhée non traitée.

Avant de parler de quoi et comment la gonorrhée est traitée chez la femme enceinte, il convient de souligner que l'antibiothérapie doit être effectuée simultanément pour le (s) partenaire (s) sexuel (s). Sinon, la réinfection d'une femme, surtout si vous ne vous protégez pas avec un préservatif, est presque inévitable..

De plus, nous mettons en garde contre la possible inefficacité de l'automédication pour la gonorrhée selon les normes de l'OMS. Leur instruction recommande fortement aux médecins de choisir des médicaments, en se fondant principalement non pas sur leurs protocoles, mais sur les données des autorités sanitaires locales sur les niveaux de résistance aux antibiotiques chez les gonocoques courants dans le lieu de résidence ou d'infection..

Les informations ci-dessous sont donc à titre informatif uniquement et ne doivent être considérées ni comme un guide d'action, ni comme une évaluation de l'exactitude des prescriptions du médecin..

Traitement de la gonorrhée pendant la grossesse

La plupart des jeunes femmes en situation ont peur d'être traitées avec des antibiotiques..

En fait, le médecin prescrira non seulement des médicaments efficaces, mais aussi ceux qui ont été testés cliniquement pour leur sécurité pour la santé maternelle et fœtale..

Pour que la grossesse avec gonorrhée ne soit pas interrompue et se termine avec succès, l'infection est traitée, par exemple, selon le schéma suivant:

  1. Comprimé d'azithromycine (1 g) + injection intramusculaire de ceftriaxone (125 mg). L'injection peut être remplacée soit par la prise de céfixime en comprimés (400 mg), soit par une injection intramusculaire de spectinomycine (2 g). S'il est impossible d'utiliser ces antibiotiques, un ou une combinaison des médicaments suivants est sélectionné - benzylpénicilline, érythromycine, chloramphénicol, sulfonamide. En cas d'infection gonococcique «pure», sans la présence d'agents responsables d'autres infections génitales, les antibiotiques quinolones ne sont pas utilisés en raison de la formation d'une résistance à ceux-ci dans la grande majorité des souches gonococciques.
  2. Au troisième trimestre, la gonovaccination est ajoutée aux médicaments énumérés ci-dessus à une dose de 150 à 200 millions de microbes..
  3. Les procédures locales: l'irrigation de l'urètre, du rectum et de l'entrée du vagin - sont montrées à toutes les périodes de gestation. Cependant, seuls les bains vaginaux conviennent au canal cervical. Il est interdit d'y injecter des drogues..

En outre, le médecin peut prescrire un traitement médicamenteux qui augmente l'immunité locale et générale. Si une co-infection par gonocoques et chlamydia est détectée, 1 ou 2 semaines de traitement par tétracycline, macrolide, rifampicine, fluoroquinolone III-IV (par exemple, sparfloxacine ou moxifloxacine) sont ajoutées au schéma ci-dessus.

La trichomonase ou gardnerellose qui a rejoint la gonorrhée est généralement traitée avec du métronidazole, et l'exacerbation du muguet est traitée avec de la nystatine, du nizoral ou du lamisil. La co-infection avec la syphilis n'est pas exclue. Dans de tels cas, un ou 2 antibiotiques à absorption rapide, tels que la spectinomycine, sont ajoutés au régime de traitement..

Des tests de contrôle, confirmant le fait de guérir, sont effectués une semaine après la fin du traitement. Pour les jeunes mères, elles sont effectuées 3 fois - au jour 7, puis dans les premières heures et après les menstruations.

Cet article n'a pas abordé les symptômes de la gonorrhée pendant la grossesse. Ils ne diffèrent pas des manifestations inhérentes aux femmes non enceintes. Quels sont ces signes que vous pouvez découvrir dans la vidéo.

Questions fréquemment posées au médecin

Nous répondrons aux 2 requêtes les plus fréquentes sur Internet concernant les conséquences de l'infection gonococcique chez les femmes en âge de procréer.

Est-il possible de tomber enceinte avec la gonorrhée?

Oui, si les trompes de Fallope et l'endomètre de l'utérus ne sont pas impliqués dans le processus inflammatoire, l'ovule fécondé pourra prendre pied là où il devrait être - dans l'utérus. Cependant, il est impératif de traiter la gonorrhée, car le prix payé par 10% des femmes qui tombent enceintes sur fond de gonorrhée est une fausse couche spontanée à la fin du premier trimestre..

Est-il possible de tomber enceinte après la gonorrhée?

Il est impossible de répondre sans équivoque. Encore une fois, tout dépend de l'état de la muqueuse utérine et de la perméabilité des trompes de Fallope. Souvent, c'est leur obstruction qui est la cause de l'infertilité. Dans de tels cas, la procédure de FIV est indiquée..

Gonorrhée pendant la grossesse: quel type de maladie, comment dangereux, comment traiter

L'une des maladies vénériennes, la gonorrhée, se manifeste par des processus inflammatoires dans les voies urinaires. La gonorrhée pendant la grossesse au cours du premier trimestre se manifeste par des lésions de la couche interne de l'utérus, des trompes de Fallope et des ovaires. Dans certains cas, la maladie peut être asymptomatique, ce qui complique grandement le traitement des femmes enceintes et peut provoquer de graves complications.

  1. Les causes
  2. Symptômes
  3. Conséquences de la maladie pour les femmes enceintes
  4. Conséquences pour l'enfant
  5. Diagnostique
  6. Thérapie antibactérienne
  7. Autres traitements
  8. Vidéo utile: comment la gonorrhée est traitée chez les enfants et les femmes enceintes

Les causes

La cause de la maladie est le plus souvent des rapports sexuels, non protégés par des contraceptifs..

En cas de contact avec la membrane muqueuse d'un microorganisme du pathogène du gonocoque sur les organes génitaux.

En outre, une infection peut survenir lors de la naissance d'un enfant, par le biais de l'appareil génital infecté de la mère. La maladie progresse à un rythme rapide et s'accompagne de.

  • en urinant, des sensations douloureuses aiguës apparaissent;
  • écoulement de pus du tractus génital;
  • début de fièvre.

Un traitement intempestif de la maladie ou l'absence totale de traitement menace d'endommager de nombreux organes internes de la mère et du fœtus

L'agent causal du gonocoque dans la gonorrhée chez la femme enceinte affecte:

  • utérus;
  • vessie;
  • reins.

Chez l'homme, en plus des reins et de la vessie, les testicules, leurs appendices et le canal déférent sont affectés..

La gonorrhée résulte souvent de l'infertilité chez les femmes et les hommes. L'agent causal de la gonorrhée - le gonocoque peut provoquer une inflammation d'autres organes.

Le gonocoque provoque une inflammation:

  • tissus avec épithélium glandulaire ou cylindrique;
  • rectum;
  • l'apparition de la conjonctivite;
  • inflammation du pharynx.

Le pathogène parasite à la fois à l'intérieur de la cellule et à sa surface. Un microorganisme nocif peut s'installer dans les voies génitales, le rectum et la muqueuse buccale.

Chez les femmes en position, le microorganisme affecte le col de l'utérus en premier lieu, puis se propage aux trompes de Fallope.

En fin de compte, les ovaires sont endommagés. Chez les nouveau-nés, la gonorrhée peut provoquer une conjonctivite.

Les causes de la gonorrhée peuvent être:

  • ne pas utiliser de préservatifs;
  • le sexe promiscuité;
  • violation de l'hygiène personnelle.

Sur la base des causes de la gonorrhée, elle peut être évitée en observant des règles simples d'hygiène personnelle avec contrôle des rapports sexuels.

Symptômes

Conditionnellement, la gonorrhée est divisée en 3 étapes. Ils diffèrent selon les manifestations cliniques..

Stades de la gonorrhée chez la femme enceinte:

  1. Forme fraîche de gonorrhée - l'infection a une forme aiguë, subaiguë ou lente. Le formulaire est diagnostiqué dans les 2 mois suivant la date de l'infection.
  2. La forme latente ou l'infection latente sont extrêmement rares pendant la grossesse. Fondamentalement, cela provoque l'infertilité. Une infection se forme dans la zone des trompes de Fallope sous forme d'adhérences, ce qui empêche par la suite la rencontre du sperme avec l'ovule. Une femme souffrant de cette forme de maladie constitue une menace constante pour infecter son partenaire..
  3. Forme tropide - avec une visite intempestive chez le médecin, la forme devient chronique. Le traitement de la gonorrhée chez la femme enceinte sous cette forme est plus difficile et plus long à traiter que la forme aiguë. C'est presque asymptomatique.

Les symptômes de la gonorrhée pendant la grossesse ne sont pas rares pendant plusieurs jours après l'infection. Cette période peut varier de 3 jours à 14 jours.

Gonorrhée pendant les symptômes de grossesse:

  • malaise général et fièvre;
  • maux de tête aigus;
  • intoxication avec symptômes locaux;
  • douleur aiguë en urinant;
  • écoulement de pus du tractus génital.

Pendant la grossesse, les signes de l'un des symptômes devraient inciter une femme à consulter un médecin..

Il est souhaitable que le traitement soit au stade initial de la maladie, jusqu'à ce que la gonorrhée devienne chronique.

Conséquences de la maladie pour les femmes enceintes

Tout d'abord, vous devez comprendre comment la gonorrhée affecte la grossesse. C'est un fait que la pathologie peut être dangereuse à la fois pour la mère et le fœtus..

Le travail du système reproducteur de la femme et le développement d'un enfant dans l'utérus dépendent directement de la période de développement de la maladie.

Après l'accouchement, les femmes infectées par la gonorrhée peuvent souffrir d'une grave inflammation de l'utérus..

Conséquences pour l'enfant

Pendant la grossesse, la gonorrhée peut affecter négativement le développement du fœtus. L'infection et le développement de la maladie au cours de la période initiale de la grossesse s'accompagnent généralement d'un processus inflammatoire des parois de l'utérus. Par conséquent, une fausse couche n'est pas exclue pour le moment..

La grossesse à 8-10 semaines est critique..

Infection aux 2ème et 3ème trimestres de la grossesse, l'enfant est à risque de septicémie gonococcique intra-utérine. Ce qui provoque la tachycardie et la fièvre chez la mère. Dans le même temps, l'enfant ne reçoit pas suffisamment d'oxygène et de nutriments. Le bébé prend du poids lentement.

Le plus souvent, un bébé est infecté à la naissance. Les conséquences de la gonorrhée pendant la grossesse peuvent être très graves pour un enfant.

Conséquence de la gonorrhée chez un nouveau-né:

  • inflammation de la membrane muqueuse des yeux;
  • conjonctive de la membrane muqueuse et du globe oculaire;
  • gonorrhée génitale chez les filles.

L'inflammation purulente de la flore gonococcique peut conduire à une cécité complète de l'enfant.

Les complications chez un enfant commencent à apparaître après l'accouchement pendant 2-3 jours. Les paupières du bébé gonflent et après 24 à 72 heures, il y a un écoulement de pus des yeux. Dans les cas graves, cela peut entraîner une pollution visuelle..

La grossesse après la gonorrhée n'est pas une indication de césarienne. Elle n'est effectuée que si l'enfant est gravement intoxiqué..

Diagnostique

Lors du diagnostic, il suffit de passer un frottis pour la flore et la gonorrhée pendant la grossesse. L'analyse est totalement sans danger pour la mère et le fœtus. Après avoir soumis un frottis muqueux, il est examiné au microscope et semé pour déterminer les milieux de culture spéciaux..

Une autre méthode de diagnostic de la gonorrhée est la PCR, c'est-à-dire la méthode de réaction en chaîne par polymérase. La méthode permet de détecter l'infection des gonocoques, mais ne détermine pas leur nombre. Bien que dans le diagnostic de la gonorrhée, leur présence dans la microflore suffit.

De plus, les médecins peuvent prescrire à certains groupes de personnes des tests permettant d'identifier la gonorrhée.

Une étude visant à identifier la gonorrhée vise:

  • les nouveau-nés, après la naissance, qui présentent des signes de conjonctivite;
  • les femmes prévoyant d'interrompre leur grossesse;
  • lors de l'enregistrement des femmes enceintes;
  • avec des diagnostics complexes;
  • les personnes qui ont confirmé des contacts sexuels avec des partenaires infectés par la gonorrhée;
  • femmes souffrant de pathologies du système génito-urinaire.

Une femme enceinte est envoyée par un médecin pour des recherches après une conversation basée sur ses plaintes et après un examen gynécologique.

Il est impossible de confirmer le diagnostic de gonorrhée uniquement par 1 étude:

  • méthode de culture ou bactériologie - dans 95% des cas, le diagnostic est confirmé, mais cela prend un temps assez long. Les analyses ne seront prêtes que dans une semaine;
  • Test ELISA - non réalisé dans tous les laboratoires;
  • PCR - nécessite une vérification supplémentaire des résultats, car elle peut donner de faux;
  • la microscopie de l'urètre, du frottis et du canal cervical est un test simple et rapide, mais il dépend directement des qualifications de l'assistant de laboratoire. Son efficacité est de 65 à 70%.

Thérapie antibactérienne

Pendant la grossesse, avec la gonorrhée, une antibiothérapie est prescrite à une femme. Il peut être prescrit à tout stade de la grossesse.

La procédure consiste en l'introduction de médicaments du groupe des céphalosporines, par voie intramusculaire une fois.

Une ré-administration du médicament peut être nécessaire à de rares exceptions près.

Plusieurs essais cliniques ont prouvé que les médicaments de ce groupe sont sans danger pour la santé de la mère et du bébé dans son ventre..

Le refus du traitement avec des médicaments antibactériens entraîne des conséquences irréversibles, où l'interruption de grossesse n'est pas exclue.

Autres traitements

Lorsque plusieurs maladies du système génito-urinaire sont combinées, d'autres médicaments d'un spectre d'action efficace plus large sont prescrits.

Pour la 2ème moitié du terme, des suppositoires antibactériens peuvent être prescrits. Ils éliminent les symptômes de la maladie et soulagent l'inflammation du tractus génital.

Pour une période de 16 semaines, des médicaments immunomodulateurs sont prescrits. En cas de risque de fausse couche, un traitement conservateur est prescrit. Il vise à réduire le tonus de l'utérus.

Il est très important que non seulement la femme, mais aussi son partenaire, suivent le traitement complet de la gonorrhée chez la femme enceinte. Sinon, il peut être réinfecté..